02-1964 NANCY JANE MOONEY

Nancy Jane Mooney, 23 ans, qui se faisait appeler aussi Betty Mc Donald, était une ancienne danseuse et strip-teaseuse ayant même travaillé dans un cabaret de Jack Ruby, selon ses dires.

Le 22 novembre 1963, vers 13h15, soit peu de temps après l'assassinat du Président John Fitzgerald Kennedy, l'officier de police J.D. Tippit était lui aussi abattu à Dallas, dans le quartier d'Oak Cliff.

QUATRE TÉMOINS, AUDITIFIS ET VISUELS

Warren Allen Reynolds, 28 ans, travaillait non loin de là, dans le parc de voitures d'occasion "Johnny Reynolds Motor Company" appartenant à son frère, Johnny Reynolds. Harold Russell, B.M. "Pat" Patterson et L.J. Lewis étaient également présents dans le parc automobile. Les quatre hommes entendront des coups de feu.

Peu de temps après ces coups de feu, ces quatre hommes verront un homme de race blanche courir en tenant une arme à la main et la recharger. Warren Allen Reynolds et B.M. "Pat" Patterson tenteront même de le suivre. Plus loin, ils aideront les policiers à fouiller le parking d'une station-service, mais sans résultat.

Plus tard, Lee Harvey Oswald sera accusé d'être le coupable des deux meurtres.

AUDITIONS DES TÉMOINS PAR LE F.B.I.

Le 21 janvier 1964, Warren Allen Reynolds sera entendu par le F.B.I. Il déclarera avoir vu un homme avec une arme fuyant la scène du meurtre. Une photo représentant Lee Harvey Oswald lui sera présentée. Il dira qu'il ne pouvait pas identifier l'homme comme étant Lee Harvey Oswald.

Le même jour, L.J. Lewis et Harold Russell seront également entendus par le F.B.I. En voyant la photo, L.J. Lewis hésitera. Il n'était pas sûr qu'il s'agissait bien de l'homme vu le 22 novembre 1963. Quant à Harold Russell, il affirmera quant à lui que c'était bien l'homme en question.

Le 22 janvier 1964, B.M. "Pat" Patterson sera à son tour entendu par le F.B.I. et dira que l'homme sur la photo était bien l'homme qu'il avait vu le jour du drame.

TENTATIVE D'ASSASSINAT CONTRE WARREN ALLEN REYNOLDS

Le 23 janvier 1964, aux alentours de 21h15, une personne tentera d'abattre Warren Allen Reynolds à l'aide d'une arme à feu de calibre 22 en le visant à la tête, dans le sous-sol de la "Johnny Reynolds Motor Company". Sérieusement blessé, il réussira tout de même à remonter l'escalier menant au rez-de-chaussée et à passer un coup de téléphone avant de s'écrouler dans un fauteuil. Rien n'avait cependant été volé.

UN SUSPECT ARRÊTÉ

Le 24 janvier 1964, Darrel Wayne Garner, 24 ans, également connu sous le nom de "Dago" et petit ami de Nancy Jane Mooney, sera arrêté au "Topper's Cafe" et inculpé pour agression contre Warren Allen Reynolds. Trois motifs seront retenus contre lui. Le 20 janvier 1964, il a tenté de vendre une Oldsmobile 1957 à Johnny Reynolds, le frère de Warren Allen Reynolds, mais sans résultat. Il était furieux de cet échec. Deuxièmement, ce 24 janvier 1964, Johnny Reynolds a reçu un appel anonyme lui demandant d'aller voir "Dago". Enfin, ce dernier a fait des déclarations dans un café en signalant que Warren Allen Reynolds avait obtenu ce qu'il méritait.

Une arme de calibre 22 sera retrouvée chez Dahlia Garner, la mère de Darrel Wayne Garner. Il s'avérera que cette arme n'était pas celle qui avait servi à l'agression commise contre Warren Allen Reynolds.

Darrel Wayne Garner dira à la police de Dallas que dans la soirée du 23 janvier 1964, il se promenait en voiture avec Audie Anderson, un jeune homme de 18 ans. Ils embarqueront plus tard Nancy Jane Mooney et Helen Woalschlager, une femme de 24 ans, vers 21h00. Ils ont roulé et bu quelques bières. Par après, ils ont entendu à la radio qu'il y avait eu une fusillade sur East Jefferson. Nancy Jane Mooney voulant aller voir ce qu'il se passait, le véhicule s'est rendu sur place et a tourné autour de la "Johnny Reynolds Motor Company" pendant près de cinq minutes. Ils sont partis ensuite dans la ville un certain temps et ont déposé Helen Woalschlager vers 22h30. Les deux hommes ont ensuite déposé Nancy Jane Mooney aux environs de 03h30.

Le 27 janvier 1964, Darrel Wayne Garner et Audie Anderson passeront au détecteur de mensonges. Les frères du premier nommé, à savoir Rickey, 16 ans et Earnest, 19 ans, seront aussi soumis au détecteur. Les quatre hommes n'ont pas menti et Darrel Wayne Garner est libéré le jour-même.

Le 3 février 1964, il sera à nouveau arrêté après avoir fait une déclaration le jour-même par téléphone à sa belle-sœur, Billie Blaylock de Las Vegas au Nevada, sur la manière dont il avait tiré sur Warren Allen Reynolds.

Le 4 février 1964, il dira à la police de Dallas qu'il a en effet bien téléphoné à sa belle-sœur, s'est vanté en disant qu'il était bon tireur mais précisera qu'il faisait souvent des déclarations loufoques lorsqu'il était sous l'effet de l'alcool, comme c'était le cas lors de cet appel téléphonique.

LE SUSPECT LIBÉRÉ

Le 5 février 1964 et pour la seconde fois, il retrouvera la liberté. Sa petite amie Nancy Jane Mooney l'innocentera en effet en faisant une déclaration sous serment. Elle passera également au détecteur de mensonges et les résultats seront en sa faveur. Ce même jour, elle signalera au détective Ramsey, de la police de Dallas, qu'elle a travaillé comme strip-teaseuse étant plus jeune pour Jack Ruby.

NANCY JANE MOONEY ARRÊTÉE À SON TOUR

Le 13 février 1964, vers 02h45, Nancy Jane Mooney sera arrêtée à son tour pour un délit mineur - une dispute avec Patsy Swope Moore - et emprisonnée.

Patsy Swope Moore avait partagé un appartement avec Nancy Jane Mooney précédemment. Elles avaient même travaillé ensemble au Mickey's Bar à Dallas. Nancy Jane Mooney lui avait confié qu'elle avait quatre enfants dont elle n'avait plus la garde. Les enfants vivaient avec leur grand-mère à Paris dans le Texas. Elle déprimait de temps en temps. Elle précisa aussi à Patsy Swope Moore qu'elle était une ancienne strip-teaseuse et avait travaillé dans différents bars. Le seul dont Patsy Swope Moore se souvienne est le "Carousel Club" de Jack Ruby. Il semble pourtant que Nancy Jane Mooney n'ait jamais travaillé pour le "Carousel Club".

NANCY JANE MOONEY S'EST SUICIDÉE ... OU A ÉTÉ SUICIDÉE

Vers 04h45, soit à peine deux heures après être rentrée en prison, Nancy Jane Mooney sera retrouvée pendue dans sa cellule, son pantalon lui ayant servi de corde.

Le Juge de Paix W.E. Richburg signalera que la cause du décès était le suicide. La police de Dallas et la Commission, concluant qu'il n'y avait rien de suspect dans ce décès, abonderont dans le même sens.

Ce 13 février 1964, William Grady Goode, une connaissance de Nancy Jane Mooney, déclarera sous serment que la défunte avait des tendances suicidaires. Il expliquera qu'un jour, il était arrivé dans l'habitation de Nancy Jane Mooney qui avait ouvert le gaz; une autre fois, elle lui aurait montré des cicatrices sur ses poignets, séquelles d'une tentative de suicide.

Une des hypothèses de cette tendance suicidaire serait le fait qu'elle n'avait plus la garde des ses quatre enfants, comme le signalera Patsy Swope Moore.

Cependant, pour les défenseurs du complot, Nancy Jane Mooney aurait été "suicidée" car elle en savait trop.

Warren Allen Reynolds, quant à lui, hospitalisé depuis son agression du 23 janvier 1964, récupéra miraculeusement de sa blessure à la tête et quittera l'hôpital le 20 février 1964.

TENTATIVE D'ENLÈVEMENT DE LA FILLE DE WARREN ALLEN REYNOLDS ET MENACES TÉLÉPHONIQUES

Trois semaines plus tard aura lieu une tentative d'enlèvement de sa fille âgée de 10 ans. Heureusement, cette tentative sera un échec. Warren Allen Reynolds et sa famille auraient également reçu des menaces téléphoniques.

Warren Allen Reynolds vivra ensuite dans l'angoisse. Il n'osera plus se promener seul le soir et un ami l'attendra à ses sorties du boulot. Il prendra également un chien de garde et fera installer des projecteurs automatiques tout autour de sa maison.

WARREN ALLEN REYNOLDS MODIFIE SA VERSION DES FAITS DEVANT LA COMMISSION WARREN

Le 22 juillet 1964, Warren Allen Reynolds fera un nouveau témoignage devant la Commission Warren et changera sa version des faits. La personne armée vue le 22 novembre 1963 juste après l'assassinat de l'officier J.D. Tippit était bien la personne qu'on lui présentait sur une photo, à savoir Lee Harvey Oswald.

LES TÉMOIGNAGES DES TROIS AUTRES TÉMOINS

Harold Russell confirmera devant la Commission Warren le 10 août 1964 ses dires du 21 janvier 1964. L'homme vu le 22 novembre 1963 était bien Lee Harvey Oswald.

B.M. "Pat" Patterson sera entendu par la Commission Warren les 25 et 26 août 1964. Il dira ne pas se souvenir de la photo qui lui fut montrée le 22 janvier 1964. A la vue de deux nouvelles photos représentant Lee Harvey Oswald, il dira devant la Commission qu'il s'agissait sans doute bien de l'homme vu le 22 novembre 1963.

L.J. Lewis, devant la Commission Warren le 26 août 1964, dira qu'il conserve son avis du 21 janvier 1964, à savoir qu'il hésite toujours quant à dire que l'homme vu le 22 novembre 1963 était bien Lee Harvey Oswald.

DÉCÈS SUSPECT D'HAROLD RUSSELL

Harold Russell décédera d'une mort mystérieuse. Le 23 juillet 1965, il se rend à une fête avec une amie. Il commence à dire à tout le monde qu'il va être tué. Il supplie ses amis de le cacher. Quelqu'un appelle la police. A l'arrivée de cette dernière, un agent de police frappe Harold Russell à la tête avec la crosse de son pistolet. Selon certaines sources, l'agent aurait tiré une balle à la tête. Harold Russell est transporté en clinique où il décédera quelques heures plus tard. La cause officielle de sa mort est ... un arrêt cardiaque.

Darren Wayne Garner décédera quant à lui en janvier 1970 d'une overdose d'héroïne.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 02/03/2016

×