DALLAS, JFK, FIDEL CASTRO, JEAN DANIEL ET BIEN D'AUTRES ... 50 ANS PLUS TARD

Alors que Fidel Castro formulait un message à Jean Daniel, destiné au
Président Kennedy, seul un homme ou plutôt plus d’un, y compris
quelques commanditaires et complices, savaient à quel moment
précis les tirs devaient atteindre leur cible à Dallas ...

Par Michel Porcheron (journaliste français indépendant durant 30 ans à l'A.F.P.), qui m'a contacté pour me proposer ce document exceptionnel. Un grand merci à lui.


Voici donc le texte actualisé proposé par Michel Porcheron (voir sa "bio" courte en fin de texte). Actualisé veut dire augmenté et enrichi. Un premier texte en effet avait été mis sur Internet dès avril 2012. Il a convenu à Jean Daniel, fondateur (1964) du Nouvel Observateur, où il signe toujours un éditorial. A la fin de son édito du n° 2558 (14-20 novembre 2013), il fait mention de ce premier texte :

Note


Par rapport à la première version que commente Jean Daniel, le texte de Michel Porcheron édité ici est la version (récemment et tout juste) mise à jour annoncée plus haut. 

Il m'a paru intéressant de lui accorder une bonne place sur le site, non seulement en raison de son contenu mais aussi, comme le verra le lecteur, parce qu’il a privilégié des sources qui sont des extraits de livres et des documents-papier - certains datent de novembre 1963 - jamais mis en ligne.

La lecture de deux livres sont à l’origine de ce travail, commencé en 2012 : "Jacqueline Kennedy, Conversations inédites avec Arthur Schlesinger, 1964" (Flammarion, 2011, 427 pages), où il n’y a pas UN mot sur Dallas, et des extraits de "Castro’s secrets : The CIA and Cuba's Intelligence Machine", de Brian Latell (non traduit en français), publié en avril 2012 aux Etats Unis, où une nouvelle version fantaisiste tente d’impliquer Fidel Castro.   

Enfin, l’auteur a tenu à rester au plus près des faits. Son texte (qui compte près de 9.000 mots) doit être lu comme une juxtaposition d’évènements à partir desquels chacun d’entre nous pourra se faire une (meilleure) opinion sur le drame de Dallas.

Lors d’un séjour à Cuba, il a réuni quelques références d’ouvrages sur l’époque JFK vue par des auteurs cubains. Aucun de ces livres n’a été traduit en français. Voir en fin de texte une bibliographie chronologique non exhaustive, mais qui tente de coller au plus près à la publication de livres disponibles.


Mots-clés : Kennedy, Fidel Castro, Jean Daniel ... près de 50 ans plus tard, Jackie Kennedy, Arthur M. Schlesinger, L’Express (1963), Pierre Salinger, K.S. Karol, Ignacio Ramonet, Fabian Escalante, Lise Howard, William Atwood, Oscar Pino Santos, Aline Mosby, John-John Kennedy, Eunice Kennedy, Gabriel Molina, ...


Si l'ère de tous les Kennedy, du patriarche Joseph, ultra réactionnaire, à John-John, mort tragiquement, continue d'impressionner, de ne jamais laisser indifférent, jusqu'à la fascination pour certains, le labyrinthe qu'est Dallas, surgi à la minute même qui a suivi l'assassinat de John F. Kennedy, vrille toujours les esprits, depuis près de 50 ans, malgré quelques certitudes sur l'attentat lui-même ainsi que sur le contexte politique intérieur US et international où "la question cubaine" est une préoccupation quotidienne à la Maison Blanche. A Miami aussi.   

Une de ces certitudes est une tentative de "communication" entre Washington et La Havane, même si John F. Kennedy semble être bien seul. A son insu (?), le journaliste français Jean Daniel a apporté un des témoignages les plus percutants sur cette volonté mutuelle de "faire de nouveaux pas", comme le laissaient entendre les  propos  inédits de Kennedy et de Fidel Castro, minutieusement reproduits par Jean Daniel dès le 28 novembre 1963, après avoir été enregistrés dans sa "mémoire", à défaut du magnétocassette habituel. Ils n'ont jamais été démentis dans les deux capitales.

Que ce serait-il passé si Jean Daniel avait pu aller jusqu'au bout de sa mission de "messager " ? La question - capitale - demeurera toujours posée, bien au-delà de la tornade journalistique qui ébranla les rédactions de la presse de la planète.

Dans sa "Cinquième Conversation" avec Jacqueline Kennedy, enregistrée le 24 mars 1964, et largement consacrée à Cuba, l'historien Arthur M. Schlesinger lui pose la question suivante (page 246) :

Qu'avez-vous pensé de l'interview de Jean Daniel ?

[L'historien Michael Beschloss, auteur des annotations, dans sa note 39 écrit : "Jean Daniel (1920-), rédacteur en chef du journal L'Observateur [co-fondateur de l'hebdomadaire du Nouvel Observateur en 1964, actuellement "éditorialiste, membre du comité éditorial". En 1963, Jean Daniel appartenait à la rédaction de l'hebdomadaire L'Express depuis 1954]. En octobre 1963, il devait interviewer Castro. Avant son départ pour La  Havane, son ami Ben Bradlee lui obtînt une entrevue avec le Président Kennedy, au Bureau ovale.

Jean Daniel déjeuna avec Castro le 22 novembre 1963 et ils apprirent ensemble l'assassinat du Président, "mauvaise nouvelle" selon Castro. Dans le numéro du 14 décembre 1963 de New Republic, Jean Daniel écrivit que lors de sa conversation avec John F. Kennedy, le Président s'était montré étonnamment prêt à accepter la responsabilité américaine dans la prise de Cuba par Castro et les excès qui s'en étaient suivis. 

"Jusqu'à un certain point", Batista avait été "l'incarnation" des "péchés" américains contre Cuba, et "à présent nous allons devoir payer pour ces péchés"].

Jacqueline Kennedy répond :

"J'ai trouvé que les propos rapportés dans cet article ne ressemblait plus du tout à Jack. Et je me rappelle le jour où Jean Daniel fut introduit dans le bureau de Madame Lincoln [Evelyn Norton Lincoln (1909-1995), fut la secrétaire personnelle de John Kennedy de 1953 jusqu'à sa mort] pour être présenté au Président. L'article est sorti après la mort de Jack et il ne sonnait pas du tout comme lui. Je ne m'en rappelle plus le contenu, mais ça ne sonnait pas vrai. 

Arthur M. Schlesinger : Le style ne lui ressemblait pas. Certaines choses étaient crédibles, d'autres non  [lequel Schlesinger, dans son livre "Les Mille jours de Kennedy" de 1966, consigne son "impression" qu'à l'automne de 1963, Kennedy était en train de "repenser le problème Castro "…].

Jacqueline Kennedy : Je ne sais même pas si Jean Daniel parlait l'anglais. 

Arthur M. Schlesinger : C'est Ben Bradlee qui l'envoyait.

Jean Daniel : "Ce qu'ignorait Jacqueline Kennedy".             

Peu de temps après la récente publication de ce livre de Jacqueline Kennedy "Avec John F. Kennedy, Conversations inédites avec Arthur M. Schlesinger, 1964" (chez Flammarion, 427 pages, traduit par Laurent Bury et Cécile Dutheil de la Rochère), Jean Daniel qui, eut le privilège à la fois d'interviewer - durant 25 mn, pas une de plus, dans le mythique Bureau Ovale - le Président Kennedy, le 24 octobre, soit un an après la crise des missiles et … un mois avant l'assassinat de Dallas (22/11 à 13h30) et de s'entretenir très longuement avec Fidel Castro avec qui il se trouvait, à Varadero, à 130 km à l'est de la capitale, au moment même de l'assassinat, a apporté sa version des faits dans un de ses éditoriaux de fin 2011 dans le Nouvel Observateur.  

Il faut rappeler ici pour mémoire que Jean Daniel n'a pas attendu la publication du livre de Jacqueline Kennedy pour relater ses entretiens avec deux des plus importants dirigeants politiques de la seconde moitié du XXe siècle.

L'hebdomadaire L'Express [fondé par Jean-Jacques Servan-Schreiber, JJSS et Françoise Giroud en 1953 / le premier n° sortit le 16 mai 1953 / Jean Daniel y écrivit son premier article le 1er novembre 1954] publia entre le 28 novembre et le 19 décembre 1963, les trois parties de ce reportage exclusif (voir plus bas) qui eut immédiatement un retentissement mondial, par le côté inédit des propos de JFK, ce qui échappa à Jacqueline Kennedy. 

Non seulement le reportage de Jean Daniel, tous les propos et les précisions qu'il contient ne furent jamais contestés à Washington (ni à La Havane) ni à l'époque ni plus tard, mais de plus il souligne qu'il n'a pas relaté tout ce que lui a dit le Président Kennedy.

"A la fin de mon entretien avec le Président Kennedy, je lui ai demandé  comment je pourrais utiliser ce qu'il m'avait dit. Il m'a répondu d'une manière fort précise : 'Lorsque vous reviendrez me voir après votre visite à La Havane, nous conviendrons ensemble de ce qui doit être publié et de ce qui ne doit pas l'être'. Autrement dit, en clair, a commenté Jean Daniel, il y avait des choses à publier" (L'Express, 19/12/1963).

Jean Daniel quitta la Maison Blanche avec "la satisfaction professionnelle que l'on devine". Il se précipita à l'ambassade de Tunisie où il dicta des notes à une secrétaire jamaïquaine. Par précaution, car il faisait confiance d'ordinaire à sa mémoire. Pour se rendre à Cuba, Jean Daniel dut passer par le Mexique où le photographe Marc Riboud l'attendait. Il y eut pour guide Alejo Carpentier … qui allait le rejoindre à La Havane quelques jours plus tard.

Resta un mois plus tard le problème du choix de ce qui devait être publié de l'interview de Kennedy, vu que le Président n'était plus là pour en décider. "J'ai pris la décision de publier la partie des propos de Monsieur Kennedy qui se rapprochait le plus de son dernier discours public sur Cuba, celui de Miami, peu de temps avant sa mort".

En 1973, Jean Daniel - qui aujourd'hui à 92 ans est toujours dans le coup - a consacré près de 25 pages (147-175) à ce coup de chance journalistique, dans "Le Temps qui reste" (Stock, 266 pages), sous-titré "Essai d'autobiographie professionnelle". Là non plus après 1973 aucun démenti n'est venu ni des Etats-Unis (ni de Cuba - "J'avais pris des notes devant Castro et en le lui disant, des notes précises. Il n'y eut pas de démenti après mon compte-rendu").

Deux jours avant Varadero, Fidel Castro, à sa manière, c'est-à-dire à l'improviste, était venu vers 10 heures du soir, rejoindre Jean Daniel, à l'hôtel Riviera de La Havane où le journaliste français était descendu. "J'avais pratiquement renoncé", confessa Jean Daniel, qui était en train de faire ses bagages. Fidel Castro s'était déplacé avec son aide de camp, le Commandant Rene Vallejo et le romancier-interprète Juan Arcocha, qui "traduisait en virtuose".

Si l'on en croit Oscar Pino Santos ("Complot", Ed. Nuestro Tiempo SA, Mexico, 1992, p.432), cette rencontre fut longue au point qu'à un moment donné, le Comandante jetant un œil sur une de ses deux montres, lança : "Mince alors, c'est quatre heures du matin!" ("Ca­ramba, son las cuatro de la madrugada !").

Jean Daniel ne se laissa pas démonter, répliquant : "Mais j'ai encore bien d'autres sujets à discuter avec vous". ("Pero aún tengo temas que discutir").

Jean Daniel et Fidel Castro (Photo de Marc Riboud)

Voir plus bas la suite du récit selon Pino Santos.

Vingt-cinq minutes chrono à La Maison Blanche, mais des heures et des heures avec Fidel Castro : Jean Daniel eut l'occasion de dire : "Si je peux en juger par le temps que Fidel Castro m'a consacré pendant ces trois jours, il n'a pu dormir que quelques heures à peine".

Jean Daniel et Fidel Castro (Photo de Marc Riboud - Magnum Photos)

Seul initialement le voyage à Cuba était prévu par le journaliste Jean Daniel qui était alors l'envoyé spécial de L'Express. En aucune manière il n'était chargé de la moindre mission officielle aux Etats-Unis, ni au départ de Paris, ni une fois arrivé à Washington. Jean Daniel ne fut même pas un unofficial envoy. Il fut un journaliste qui se trouva au bon moment au bon endroit, dans un contexte exceptionnel, ce qui est le rêve de tout journaliste. Même si très vraisemblablement le journaliste avait tout même une petite idée derrière la tête.

Il admet qu'il avait reçu un message de John F. Kennedy et un message de Fidel Castro. "Mais je n'étais pas le seul, loin s'en faut. Et surtout, en aucun moment, je n'ai surestimé le caractère accidentel de cette pseudo-mission". (L'Express, 19/12/1963)

A l'issue de ses divers entretiens, conversations, formelles ou informelles avec Fidel Castro, il quitta Cuba pour Mexico le 23 novembre 1963, où il rédigea le récit de ses deux entretiens destiné à l'hebdomadaire américain "The New Republic", alors publication de gauche et dont il était le correspondant en France.

Arrivé aux Etats-Unis, sur le chemin du retour en France il découvre que son article "a fait l'effet d'une bombe. Bien qu'il fût déjà publié, il occupait, toute la une du 'New York Times', du 'Washington Post', et du 'Chicago Tribune', sans parler des principaux quotidiens de Moscou, de Tokyo et de New Delhi. Je ne sache pas qu'il y ait eu beaucoup de précédent à cette fortune professionnelle et politique".

Lors de ses entretiens avec Fidel Castro, Jean Daniel indique qu'il lui fit part de sa rencontre du 24 octobre avec Kennedy, "pendant toute une nuit dans la chambre d'un hôtel de la Havane".

Fidel Castro et Jean Daniel (de dos) à l'Hôtel Riviera
(Photo de Marc Riboud - Magnum Photos)

Après quoi nous sommes allés dans la résidence du Lider Máximo à Varadero, près de la mer. Et c'est au cours du déjeuner avec Fidel et quelques amis que ma femme et moi avons entendu le Président de la République Cubaine, Osvaldo Dorticos, informer par téléphone Fidel Castro de la mort de Kennedy. Evénement historique, véritable tornade dans le monde. Il s'en est suivi devant moi des réactions dont on devine l'intérêt".

"Es una mala noticia", a répété trois fois Fidel Castro (C'est une mauvaise nouvelle).

"Tout est changé, tout va changer.[1] La guerre froide, les relations avec les Russes, l'Amérique latine, Cuba, la question noire, tout est à repenser".

"Je vais vous dire une chose : Kennedy était un ennemi auquel on s'était habitué. C'est une affaire grave, très grave". "Maintenant il faut vite, très vite, qu'ils retrouvent l'assassin, sinon vous allez voir, je les connais, ils vont essayer de nous mettre ça sur le dos" (selon le récit de Jean Daniel pour l'Express le 28/11/1963).

Dans l'après-midi de ce 22 novembre, vers 5h00 pm, les deux hommes se sont mis à l'écoute de la radio dans la voiture où ils se trouvaient en direction de Matanzas, dans la région de Varadero. "On était sur la piste de l'assassin". "C'est un pro-castro-marxiste", dit le speaker. Fidel dit : "Maintenant ça y est, cela va être mon tour".

Le leader cubain retint à dîner Jean Daniel, toujours à Varadero. Ils avaient encore  beaucoup à se dire. "Je pus reprendre toutes mes questions. Fidel Castro s'est expliqué sur tout. Il m'a questionné à nouveau sur Kennedy et chaque fois que je faisais un éloge des qualités intellectuelles du Président assassiné, j'éveillais chez lui le plus vif intérêt".

Jean Daniel n'avait plus avec lui le photographe Marc Riboud. Hélas. Ce dernier  avait pris un avion pour Prague après la première rencontre (à l'hôtel Riviera) de Jean Daniel avec Fidel Castro dans la nuit du 20 au 21 novembre, après avoir tiré une série de photos dans la chambre du journaliste français. Mais aucune photo de Riboud pour immortaliser les moments historiques de Varadero.

Puis ce fut dans la nuit le retour à La Havane. Dans la nuit du 22 au 23 novembre 1963. Jean Daniel venait de passer trois semaines à Cuba, "pleines et intenses".

Le soir même il était au Mexique. "Plusieurs confrères m'attendaient. C'était le début d'une nouvelle aventure professionnelle". L'Express ne paraissait pas spécialement intéressé, paradoxalement. Jean Daniel donna son premier papier à The New Republic. "J'étais passé de l'estime de quelques Français à une notoriété internationale". L'Express  paraissant beaucoup moins s'en réjouir que Le New York Times, The Observer de Londres et le plus grand quotidien de Tokyo, "je compris que ma rupture avec l'Express était consommée". D'autre part, le quotidien Le Monde ne mentionna son reportage que pour dire "Jean Daniel est mis officiellement en cause par le porte-parole de la Maison Blanche". "C'est pour le discuter que l'on découvrait enfin l'exploit". Sans en référer à Jean Daniel, Ben Bradlee écrivit au fondateur du Monde, Hubert Beuve-Méry, pour lui dire que Jean Daniel n'avait ni trahi la pensée ni les intentions d'un Président dont il avait été l'intime.

Le 23 décembre 1963, Jean Daniel rentra à Paris. Donc à l'Express, où il fut "plutôt mal reçu", même si son reportage à Cuba et à Washington avait fini par être publié. Peu de temps après, Jean Daniel parti de l'Express avec une dizaine d'autres journalistes de l'hebdomadaire de J.J.S.S., fonda Le Nouvel Observateur (lien).


[1] "Tout a changé", dit Fidel Castro. Il se trompait, considère l’historien William Manchester. Les lignes de conduite individuelles n’avaient pas changé. Pas plus que l’extrémisme [de l’extrême droite, dont "la joie fut confirmée et reconfirmée par la suite"] Manchester cite les "admirateurs de Barry Goldwater" et consacre une trentaine de lignes à quelques exemples représentatifs de ceux qui ont poussé "un hourra triomphal". ("Mort d’un Président", 1967, Robert-Laffont).

Dans son livre "Le Temps qui reste" (page 168), Jean Daniel, qui avait été invité à s’exprimer sur la plupart des chaînes TV, à son retour de Cuba, souligne que "les adversaires américains avaient moins désarmé, après Dallas, que la décence latine de Castro n’invitait à le faire"

47 ANS PLUS TARD

C'est quatre mois après (mars 1964) la publication du double reportage de Jean Daniel que Jacqueline Kennedy a tenu les propos cités plus haut face à Arthur M. Schlesinger et rendus publics en 2011 seulement, quand le livre parut aux Etats-Unis. La veuve du Président américain commentait pour la première fois l'interview qu'accorda le Président des Etats-Unis à Jean Daniel le 24 octobre 1963.

Jean Daniel : "Jacqueline Kennedy avait tout à fait le droit de ne pas retrouver dans mon texte les accents des propos tenus habituellement par son mari. Mais l'impatience déplaisante à laquelle elle a cédé en doutant de ma pratique de l'anglais a une explication qui relève de l'anecdote dans des circonstances qui, elles, relèvent de l'histoire".

Jean Daniel raconte ensuite avec moult détails comment il se retrouva dans le bureau de John F. Kennedy :

"Pour l'anecdote, précise d'abord Jean Daniel, il convient de savoir que l'entretien que j'avais eu l'insigne honneur d'obtenir avait été gardé totalement secret à la Maison Blanche et que le principal intéressé, à savoir Pierre Salinger, Directeur des services de presse, n'avait pas été mis au courant, ce qu'il avait très mal pris. En fait, j'étais alors l'ami de Joe Kraft, columnist au "Washington Post", et de sa femme Polly. Le couple qui habitait Georgetown, près de la famille Kennedy, recevait souvent Ben Bradlee [ou Ben Bradley] et sa femme, et parfois John et Jacqueline Kennedy. Chacun savait que pour parvenir jusqu'à John, on pouvait passer par Ben Bradlee qui faisait partie de l'un des quatre cercles des intimes du Président.

Ben Bradlee

"Si surprenant que cela puisse paraître, ce n'est pas moi qui ai eu l'idée de provoquer une rencontre qu'il me paraissait absurde d'envisager. Il y avait à Washington une bonne centaine de journalistes qui faisaient le siège de Pierre Salinger pour obtenir une rencontre, la si brève fut-elle. Un soir, pourtant, Ben Bradlee m'a dit que le Président avait eu devant lui une humeur d'impatience parce qu'il n'arrivait pas à comprendre, même et surtout après la dramatique crise des missiles, quels étaient les ressorts psychologiques de Castro. Il était amateur de tous les témoignages. Sans vraiment y croire, Ben Bradlee [alors chef du bureau de Newsweek à Washington, qui allait devenir Directeur du Washington Post] a déclaré à John Kennedy :

"Pourquoi ne pas recevoir un journaliste français Jean Daniel, qui se rend à Cuba et que d'ailleurs vous avez déjà rencontré ?".

En effet, rappelle Jean Daniel, quelques années auparavant, Gilbert Harrison, Directeur de "The New Republic" avait organisé en son honneur un déjeuner où étaient présents Walter Lippmann, "le maître à penser des journalistes américains" et un Sénateur "qui venait de faire un éclat en condamnant au Congrès la politique française en Algérie". S'il était "flatté et honoré de connaître Walter Lippmann", Jean Daniel fut  "modérément intéressé par un jeune Sénateur à côté duquel on m'avait placé et qui s'appelait John  F. Kennedy (…). Un moment, il m'a interpellé sur la façon dont son discours sur l'Algérie avait déplu à de Gaulle. C'est un fait que je demande au lecteur de ne pas oublier s'il poursuit la lecture de ce récit".

Walter Lippmann

Sa rencontre avec John Kennedy le  jeudi 24 octobre 1963 a 17h45, a été, à son insu, "gardée secrète, et cela peut expliquer que, de ce fait (…) Pierre Salinger a commencé par dire qu'il n'avait pas connaissance qu'un tel entretien ait jamais eu lieu"… Ensuite, Pierre Salinger a bien dû admettre la réalité de l'entretien et a reproché à l'épouse du Président de ne pas l'avoir mis au courant de cette visite, "et il a tout fait pour me discréditer auprès d'elle".

Pierre Salinger et Jean Daniel ont par la suite, étant devenus amis, "évoqué cet incident". Dans un article publié dans le "Herald Tribune", le premier "a souligné l'importance" des propos qu'avait rapporté Jean Daniel après son entretien avec Kennedy.

Pierre Salinger

"Et naturellement, ajoute Jean Daniel, lui n'a pas mis en doute que je fusse capable d'avoir un entretien en anglais avec qui ce fût".

A l'issue de son entretien avec Kennedy à la Maison Blanche, raconte le journaliste français, trois personnes l'attendaient dans un restaurant, Walter Lippmann, Gilbert Harrison et Joe Kraft. Ben Bradlee devait les rejoindre un peu plus tard. "J'ai donc fait un récit à chaud, encore ému et passionné par les propos qui m'avaient été tenus".

PIERRE SALINGER

Durant son entretien avec Kennedy, ce dernier consacra six des 25 minutes à ses rapports avec de Gaulle, qui le soutint pendant la crise des missiles, mais déplorant que de Gaulle "prît tous les prétextes pour retourner le Tiers Monde contre les Etats-Unis".

Lorsqu' il a fait allusion aux réactions de de Gaulle à son discours sur l'Algérie, il a rappelé que lui, Kennedy, était, selon Jean Daniel, "par nature hostile au colonialisme, que c'était dans la tradition américaine et que, d'ailleurs pour sa part, il n'avait jamais eu aucune indulgence sur la façon dont les Américains avaient transformé Cuba en une île de débauche, de luxure, de prostitution et d'injustice. Il comprenait que des hommes se soient révoltés contre Fulgencio Batista, le despote de Cuba".

Dans son récit pour L'Express, Jean Daniel relate des propos de Kennedy, encore  plus explicites :

"Je pense qu'il n'y a pas un pays au monde, y compris toutes les régions d'Afrique, y compris n'importe quel pays sous domination coloniale, où la colonisation économique, l'humiliation et l'exploitation ont été pires que celles qui ont sévi à Cuba, du fait de la politique de mon pays, pendant le régime de Batista; je pense que nous avons sécrété, construit, fabriqué de toutes pièces, sans nous en rendre compte, le mouvement castriste (…). Je peux vous dire que j'ai compris les Cubains. J'ai approuvé les proclamations de Fidel Castro dans la Sierra Maestra, lorsque Fidel Castro désirait, à juste titre, la justice et surtout la pureté. Je vais vous dire encore : dans une certaine mesure, c'est comme si Batista avait incarné un certain nombre de péchés des Etats-Unis. Maintenant, il nous faut payer ces péchés. Sur l'ancien régime, je suis d'accord avec les premiers révolutionnaires cubains. Cela est parfaitement clair".

Après un silence qui lui a permis de constater la surprise et l'intérêt de Jean Daniel, le Président des Etats-Unis a poursuivi :

"Mais il est aussi clair que le problème a cessé d'être cubain pour devenir international, je vais dire soviétique. Je suis Président des Etats-Unis, je ne suis pas un sociologue; je suis Président d'un pays libre qui a des responsabilités dans le Monde libre (…).  Je sais que par la faute de Fidel Castro - volonté d'indépendance, folie ou communisme - le monde a été au bord d'une guerre thermonucléaire en octobre 1962 (…). Mais je n'arrive pas à savoir s'il s'en rend compte, ni même s'il en soucie".

"On m'a dit ensuite, dit Jean Daniel, que c'était la première fois qu'il prononçait de tels jugements et on s'en est étonné".

Pour le journaliste français, ces jugements s'expliquent "mieux quand on sait que de Gaulle lui avait reproché d'avoir poussé Castro dans les bras des communistes par les humiliations que les Américains lui avaient infligées, notamment lorsque le Vice-Président Nixon l'avait reçu en ne l'invitant même pas à s'asseoir. Selon de Gaulle, il ne s'était tourné vers les Soviétiques que par dépit de ne trouver aucun interlocuteur chez les Américains".

Jean Daniel : "Kennedy a poursuivi en martelant, toujours en pensant à de Gaulle, qu'il n'avait aucun problème avec le communisme de Fidel Castro. Il avait par exemple de très bons rapports avec des communistes comme le Yougoslave Tito et comme le Guinéen Sékou-Touré. Etait-ce les Américains qui avaient "transformé Castro en marxiste, comme on le dit en France ? Kennedy s'en souciait comme d'une guigne. Pour lui, l'important était de faire connaître au monde qu'il ne tolérerait jamais que les Soviétiques puissent disposer d'une base militaire dotée d'installations nucléaires à quelques dizaines de milles des Etats-Unis".

"J'ai raconté tout cela aux éminents amis qui avaient organisé ma rencontre. Oui, c'était nouveau. Oui, c'était inédit. Oui, Kennedy n'avait jamais dit les mêmes choses sur le même ton. Mais voilà, ni Jacqueline Kennedy, ni même Arthur Schlesinger ne le savaient".

A peine une semaine plus tard, Jean Daniel rencontra Adlai Stevenson, à qui Kennedy avait tenu le même langage. Adlai Stevenson avait été le concurrent malheureux aux élections des primaires démocrates contre J.F. Kennedy et fut nommé ambassadeur à l'O.N.U. par Kennedy.

Adlai Stevenson

A. Stevenson indiqua à Jean Daniel que rien ne l'avait surpris dans la façon dont Kennedy s'était exprimé sur le régime antérieur à Fidel Castro et, surtout, que lors de la crise d'Octobre, Kennedy avait été inflexible face aux Soviétiques. Mais le Président américain ne savait "d'ailleurs toujours pas ce que Castro pensait réellement". Dans son récit pour l'Express, Jean Daniel rapporte ce que lui dit Kennedy le 24 octobre :

"Vous me le direz à votre retour de Cuba". Pour Kennedy, la question était de savoir qui avait pris l'initiative d'installer des fusées à Cuba, les Russes ou le leader cubain.

D'une réponse claire devait découler de la part de Kennedy, telle ou telle perspective dans ses relations futures avec Cuba.

Fidel Castro de son côté a eu l'occasion de dire, moins d'un mois plus tard : "Puisque vous allez revoir Kennedy, soyez un messager de la paix. Je précise, je ne veux rien, je n'attends rien, comme révolutionnaire. Mais comme homme, comme homme d'Etat, j'ai le devoir d'indiquer où peuvent être les bases d'une bonne entente".

Après l'annonce de la mort de Kennedy, le dirigeant cubain déclara que Jean Daniel était "venu m'apporter un message de Kennedy. Les ponts étaient jetés; la communication aurait pu favoriser une embellie de nos relations". Dans le quotidien Le Monde du 26 novembre 1963, Jean Daniel estimait que Fidel Castro donnait l'impression de penser que "la disparition du Président détruisait un état d'équilibre plus ou moins établi et qu'on allait maintenant vers l'inconnu".

L'OPINION DE K. S. KAROL

Sur ces entretiens de Fidel Castro et de Jean Daniel, il y a un autre journaliste, de la génération de Jean Daniel, travaillant aussi à L'Express à la même époque, qui a fait quatre longs séjours à Cuba, entre 1961 et 1968, et qui a apporté dans un  livre publié en 1970, un avis particulièrement ferme : "Le récit de Jean Daniel mérite d'être cité parce qu'il contient des précisions très détaillées - et qui ne furent jamais contestées, ni à La Havane ni à Washington - sur la manière dont les Soviétiques ont convaincu les Cubains de l'imminence d'une invasion américaine et de la nécessité d'installer leurs fusées".

Le livre de K. S. Karol

"Le prétexte du Premier soviétique n'était qu'une fable [même si une revanche de la baie des Cochons était définie dès février 1962, ce qui n'était pas forcément une intention personnelle de J.F.K. Or les premiers missiles ne sont arrivés à Cuba que pendant l'été 1962 … Mais une conclusion s'impose : si avant octobre 62 la menace d'une intervention U.S. à Cuba n'était pas écartée, "je crois qu'elle a été exclue après" (Jean Daniel) nda]. Dans ses conversations avec moi, plusieurs années après, Fidel Castro insistait également sur le fait que l'initiative n'était pas venue de lui, mais bel et bien de Khrouchtchev". Il s'agit de K. S. Karol, journaliste français, né en Pologne, auteur de "Les Guérilleros au pouvoir" (Robert-Laffont, 1970, 603 pages).

Comme on le sait encore mieux aujourd'hui, avant, pendant et après la crise des missiles, l'U.R.S.S. de Khrouchtchev n'a jamais cessé d'assurer ses propres intérêts, négligeant toujours le débat sur la souveraineté de Cuba, son droit de se défendre et de se protéger. "K" fit, dans les trois étapes de la crise, l'impasse sur Cuba. " Nous n'avons eu d'autre choix que de leur faire confiance". (Fidel Castro, 2004)

LES PROPOS DE FIDEL CASTRO

Dans "Fidel Castro, Biographie à deux voix " (Ed. Fayard/Galilée, 2007, 700 pages), Ignacio Ramonet (chapitre 27, traduction de Eduardo Carrasco, page 560) lance la conversation sur le Président Kennedy :

Fidel Castro : "Je crois que c'était un homme d'un remarquable enthou­siasme, très intelligent, et très charismatique, et qui s'appliquait à prendre des initiatives positives. C'est peut-être, après Franklin Roosevelt, l'une des personnalités les plus brillantes des États-Unis".

Le livre d'Ignacio Ramonet

"Il s'est fourvoyé lorsqu'il a donné le feu vert pour l'invasion de Playa Girón  [la Baie des Cochons], en 1961, mais ce n'est pas lui qui avait préparé cette opération, c'était le gouvernement antérieur, celui d'Eisenhower et Nixon. Kennedy a été incapable de l'arrêter avant. Il a également toléré les activités de la C.I.A. C'est sous son gouvernement qu'ont été élaborés les premiers plans d'assassinat contre moi, et contre d'autres dirigeants internationaux. Il n'y a pas de preuves irréfutables de sa participation personnelle, mais il est vraiment improbable qu'un agent de la C.I.A. ait pu décider de telles actions sans l'accord, au moins tacite, du Président. Peut-être a-t-il seulement laissé faire, ou alors a-t-il permis que ses réponses ambiguës soient interprétées comme un acquiescement par la C.I.A.

Kennedy a certes commis des erreurs, dont certaines de nature éthique, mais il a su rectifier le tir, et il a eu assez de courage pour introduire des changements dans la politique des États-Unis. La guerre du Vietnam se compte au nombre de ses erreurs. Avec son enthousiasme, son admiration pour les Bérets verts, et sa surestimation de la puissance américaine, il a franchi la ligne qui devait le conduire à la guerre du Vietnam.

Il s'est fourvoyé, mais c'était un homme intelligent, parfois même brillant, et courageux. Ce n'est pas la première fois que je vous le dis : si Kennedy avait survécu, les relations entre Cuba et les Etats-Unis se seraient peut-être améliorées.[2] Il a été très fortement impressionné par notre victoire à la baie des Cochons et par la crise d'octobre 1962. Je crois qu'il ne sous-estimait pas le peuple cubain. Il est même possible qu'il ait admiré sa solidité et son courage.

Précisément le jour de son assassinat en novembre 1963, je discutais avec le journaliste français Jean Daniel, venu m'apporter un message de Kennedy. Les ponts étaient jetés; la communication aurait pu favoriser une embellie de nos relations.

Sa mort m'a fortement peiné. C'était, bien sûr, un adversaire, mais j'ai regretté sa disparition. C'était comme perdre un rival au comportement honorable. J'ai aussi été très peiné par la façon dont ils l'ont tué : un attentat lâche, un crime politique. J'ai ressenti un mélange d'indignation, de répulsion et de tristesse. Mon sentiment était que cet adversaire n'avait pas mérité une telle fin.

Son assassinat m'a également préoccupé, parce que, au moment de sa disparition, son autorité était suffisante pour qu'il puisse imposer une amélioration de nos relations. Cette intention apparaissait de manière flagrante dans les raisonnements essentiels et les propos de Kennedy tels qu'ils m'ont été rapportés par Jean Daniel.

C'était une conséquence de son analyse des jours terribles de la crise d'octobre. C'est en ces termes qu'il s'en était ouvert au journaliste, et Jean Daniel me les a transmis au moment précis où nous entendions la nouvelle de sa mort : "Parlez avec Castro et revenez discuter avec moi pour savoir ce qu'il pense". C'est ce que Jean Daniel venait de me dire de sa part".[3]


[2] En 2003 a été rendu public le contenu de l’enregistrement d’une conversation entre le Président Kennedy et McGeorge Bundy, son secrétaire à la Sécurité nationale. Cet enregistrement montrait que le Président était décidé à tenter un rapprochement avec Cuba et qu’il était d’accord pour organiser une rencontre avec un émissaire de La Havane ce que lui avait proposé Fidel Castro dans une lettre (note de I. Ramonet).

[3] En effet, le Président Kennedy voulait explorer les possibilités d’un changement de politique à l’égard de Cuba, selon des documents déclassifiés du Conseil de Sécurité nationale. Ce qui conduit à la mise en place de différentes voies de contact entre les deux gouvernements, comme ce fut le cas lors de la venue à La Havane de la journaliste de A.B.C., Lisa Howard qui eut l’occasion de s’entretenir avec Fidel Castro (le 12 février 1964) et d’autres dirigeants.

A son retour, Lisa Howard remit un rapport à Richard Helms, sous-directeur de la C.I.A., où elle considérait que, selon elle, il était possible de dialoguer avec Cuba, et ouvrir une voie de compréhension mutuelle.

Le point fort de ce virage fut la visite à Cuba de Jean Daniel, dont le témoignage personnel fut diffusé pour la première fois à la T.V. cubaine en janvier 2006.

Selon les propos du journaliste français reproduits à la T.V. cubaine,  Fidel Castro, qui venait d’être informé de l’attentat contre Kennedy, luit dit : "Kennedy a été grièvement blessé. Maintenant, sans aucun doute, c’est nous qu’ils vont accuser" (Ahora seguramente nos van a acusar a nosotros). Peu de temps après, Fidel Castro et Jean Daniel apprirent la mort de Kennedy par la radio (N.B.C. de Miami, en anglais, traduit pour Fidel par le Commandant Vallejo, son médecin et ami personnel). "C’est la fin de ta mission" dit Fidel Castro à Jean Daniel. "Je viens de penser la même chose", dit Jean Daniel, selon la T.V. cubaine.  

Il est aujourd’hui connu que William Atwood eut au téléphone le 18 novembre 1963, alors que Jean Daniel se trouvait déjà à Cuba, un "membre du personnel de Fidel Castro" : les Etats-Unis, dit Atwood, non seulement étaient en faveur des conversations préliminaires à l’O.N.U., mais de plus qu’ils souhaitaient en élaborer un calendrier. Selon Fabian Escalante (El Complot), Atwood, avec l’accord du Président  Kennedy, appela "en novembre" au téléphone El Comandante Rene Vallejo, assistant de Fidel Castro, pour proposer l’élaboration d’un agenda préliminaire, en vue d’une conversation éventuelle entre Cuba et les Etats Unis.

Atwood fut informé par Bundy que Kennedy voulait le voir "dès la fin d’un court voyage à Dallas", au sujet des prochains pas à donner.

Dès le 23 novembre 1963, Fidel Castro intervint durant un programme de télévision national et exposa son analyse sur les causes et des responsables probables de l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy.    

Dans son livre "Kennedy et la Révolution cubaine" (Julliard, 1972), Manuela Semidei consacre un chapitre (p-223-257) à "L’ouverture inachevée". Les deux dernières pages portent sur les propos de Fidel Castro recueillis par Jean Daniel.

Les livres de Manuela Semidei et de Léon Mayrand

Manuela Semidei, du Centre d’Etudes des Relations Internationales, Paris, a signé par ailleurs la préface de l’ouvrage "Vers un accord américano-cubain"  de Léon Mayrand (Centre québécois de relations internationales, 210 pages, 1974) qui fut Ambassadeur du Canada à Cuba entre février 1964 et août 1970, avant de prendre sa retraite en 1971.

LES RÉCITS DE JEAN DANIEL DANS L'EXPRESS (NOVEMBRE-DÉCEMBRE 1963)

Sur son exceptionnelle épopée journalistique, Jean Daniel publia une série de papiers dans L'Express, qui était depuis dix ans le grand hebdomadaire français et pas seulement par le format (30 x 42,50 cm).

"Avec Castro à l'heure du crime" (28 novembre 1963) (lien).

Dans ce numéro historique de l'Express, paru 6 jours après Dallas, outre l'éditorial de J.J.S.S., 18 pages étaient consacrées à l'assassinat de John F. Kennedy. Françoise Giroud et Michel Bosquet signaient deux grands papiers. L'Express publiait également  le témoignage [4] de la journaliste américaine Aline Mosby sur Oswald, un reportage de Theodore H. White ("L'avion de Jackie")[5], un texte de George Kennan et un portrait de Lyndon B. Johnson par Time.

"Le dernier dialogue" (6/12/1963) (lien).

et "L'affaire Adjoubei" (19/12/1963).

"Mis en cause officiellement aux Etats-Unis Jean Daniel répond. L'article 'Le dernier dialogue' a provoqué une mise au point de Pierre Salinger, porte-parole de la Maison Blanche, mise au point qui a fait grand bruit dans la presse américaine. De Washington où il se trouve encore, Jean Daniel nous câble".

Il y précise : "Aucun de ces anciens collaborateurs (de Kennedy) n'a été le moins du monde surpris par l'une quelconque des phrases que j'ai mises dans la bouche du Président Kennedy. Certains d'entre eux me sont même reconnaissants de n'avoir pas tout dit de ce qu'ils savent que le Président m'a dit".

[Le 25 juillet 1963, l'Express avait publié également de Jean Daniel "Une affaire de famille, Où en est Cuba ? Che Guevara a répondu à Jean Daniel" (entretien à Alger, où le Che se trouvait depuis le 4/7/1963 et où il est resté plusieurs semaines). Jean Daniel dans son livre "Le Temps qui reste", indiqua que c'est après cette rencontre qu'il eut "une grande envie de se rendre" à Cuba.]


Aline Mosby

[4] En novembre 1959, la journaliste de U.P.I., Aline Mosby, rencontra pendant deux heures Lee Harvey Oswald, de Fort Worth, Texas, dans la chambre 233 de l’hôtel Métropole de Moscou, où il était descendu. Aline Mosby prit tout en sténo. Voici comment l’Express présente son récit :

                                             

[5] Dans le numéro suivant de l’Express (6/12/1963), on trouve, sous le titre, "Avec elle",  une interview de  Jacqueline Kennedy par Theodore H. White pour Life Magazine. "Ted White est le premier et le seul journaliste auquel Mme John Kennedy ait accordé un entretien depuis le crime. Elle l’a reçu pendant trois heures dans la maison familiale au bord de la mer. Elle a parlé … Un refrain tourne dans sa tête…",  écrit l’Express.


Theodore H. White

En réalité, cette interview réalisée le 29 novembre à Hyannis Port, allait être l’unique entrevue significative accordée par Mrs Kennedy durant toute sa vie, à un journaliste de la presse écrite, sur sa vie avec le Président américain et l’assassinat de Dallas.

On épiloguera longtemps sur Dallas. Il est vraisemblable que l’himalaya de textes, photos, vidéos, etc, qui marqueront le 50ème anniversaire de l’assassinat, n’apportera rien de vraiment nouveau. Les livres attendus relèveront plus du marketing que de la recherche de quelques vérités qui viendraient confirmer telle ou telle thèse. Qui se comptent par dizaines.

La dernière en date, récente (en anglais) affirme que Fidel Castro était au courant du projet d'assassinat de J.F.K. par Lee Harvey Oswald, et ne l'en a - volontairement - pas dissuadé. L’auteur est Brian Latell, officier de la C.I.A. à la retraite et "spécialiste" de Cuba ("Castro's Secrets - the C.I.A. and Cuba 's Intelligence Machine") ("Les secrets de Castro - La machine des renseignements de la C.I.A. et de Cuba").

Juxtaposer cette nouvelle spéculation qui vise une implication de Cuba nouvelle manière et les relations de Fidel Castro avec la famille Kennedy, après Dallas, apporte un éclairage impartial.

En janvier 1989, lors de la seconde investiture du Président vénézuélien Carlos Andres, à Caracas, Fidel Castro, qui rencontrait Jimmy Carter (Président des Etats-Unis de 1977 à 1981) pour la première fois, eut l’occasion de s’entretenir avec la veuve de Robert Kennedy [Ethel, avec qui elle eut onze enfants]. "Parce qu'après l'assassinat de John Kennedy, sa famille a pris contact avec moi, et j'ai développé des relations et des échanges très amicaux avec la plupart des Kennedy. Autant d'éléments qui prouvent que je ne me laisse pas envahir par la haine" (Fidel Castro, Biographie à deux voix, Conversations avec Ignacio Ramonet, Fayard/Galilée, 2006, 700 pages).

Ignacio Ramonet : Le fils de John Kennedy est-il venu à Cuba ?

Fidel Castro : Ça même été un de ses derniers voyages; oui, le plus petit des enfants de Kennedy. John-John Kennedy, qui avait deux ou trois ans quand son père a été assassiné. Il dirigeait la revue George Magazine. Nous avons dîné ensemble à La Havane, nous avons discuté pendant deux ou trois heures; et peu après, en juillet 1999, il y a eu ce tragique accident avec le petit avion qu'il pilotait en pleine nuit, où lui et son épouse ont trouvé la mort ... Quelle triste tragédie, vraiment. En ce qui concerne les Kennedy, ce n'est malheureusement pas la seule.

Ignacio Ramonet : Il y en a eu pas mal, en effet.

Fidel Castro : à Caracas, j'ai aussi rencontré la sœur de Robert Kennedy, Eunice [10 juillet 1921 - 11 août 2009], épouse de [Robert] Sargent Shriver, celui qui avait organisé les Corps de la Paix [Peace Corps] en 1961, et aussi plusieurs des fils de "Bob" Kennedy.

[Eunice, sœur de John, Robert et Edward Kennedy, fut un des neuf enfants qu’eurent Rose Elizabeth et Joseph Patrick Kennedy. Elle eut 4 sœurs et 4 frères].

Ses rencontres avec des membres de la famille Kennedy,
d’après Fidel Castro lui-même

Si dans le livre "Fidel Castro, Biographie à deux voix", c’est en répondant à des questions explicites que le dirigeant cubain évoquait diverses rencontres qu’il eut avec des membres de la famille Kennedy, en 1989 et à la fin des années 90, plus tard il est revenu de lui-même sur ce thème, au moins à deux reprises.

Ce furent de toute évidence des moments d’ordre privé, discrets ou plus encore, en marge d’évènements officiels ou publics. Marqués très certainement par la volonté de chaque protagoniste de respecter toute la réserve habituelle. Loin des journalistes et des photographes. 

A notre connaissance, Fidel Castro, à (au moins) deux autres occasions, a abordé (assez brièvement) ces contacts vraisemblablement non préparés en bonne et due forme.  

Dans deux de ses "Réflexions", textes qu’il a entrepris d’écrire après son retrait officiel des affaires, il est revenu de lui-même sur ses rencontres avec "les parents endeuillés de Kennedy".

Le 30 juin 2007, il écrit (dans "La machine à tuer", traduction de Jacques-François Bonaldi, J.F.B.) :

"Par la suite [après l’assassinat de Dallas], j'ai rencontré plus d'une fois, lors d'activités internationales ou en visite à Cuba, les parents endeuillés de Kennedy qui me saluaient respectueusement. Un des fils de l'ex-Président - qui était un petit gosse au moment de l'assassinat de son père - fut même envoyé à Cuba trente-quatre ans après par une revue étasunienne. Nous nous sommes rencontrés et je l'ai invité à dîner.

Ce jeune homme, dans la fleur de l'âge et d'une grande éducation, est mort tragiquement dans un accident d'avion quand il volait avec sa femme vers l'île Martha's Vineyard par une nuit de tempête.

Je n'ai jamais abordé cette question épineuse avec aucun membre de cette famille. J'ai dit en revanche que si Nixon avait été Président au lieu de Kennedy, nous aurions été attaqués par les forces aéronavales qui escortaient l'expédition mercenaire à un coût en vies énorme pour les deux peuples. Nixon ne se serait pas borné à affirmer que la victoire a de nombreux pères mais que la déroute est orpheline. Kennedy, que l'on sache, n'avait jamais été emballé par l'aventure de Playa Girón [la Baie des cochons] où l'avait conduit le renom militaire d'Eisenhower et l'irresponsabilité de son ambitieux vice-président".

Lire "La machine à tuer" (dans son intégralité) (lien version française et lien version originale).

Puis le 24 avril 2009, ("Des gestes impressionnants", trad. J.F.B.), Fidel Castro écrit à nouveau sur le sujet :

"[Le Président Kennedy] sortit grandi de cette épreuve [la Crise des Missiles] grâce aux erreurs de son adversaire principal. Il voulut ensuite discuter sérieusement avec Cuba et il décida de le faire. Il envoya Jean Daniel pour s’entretenir avec moi et retourner ensuite à Washington. Le journaliste remplissait justement sa mission au moment où le Président Kennedy fut assassiné.

Sa mort et la façon étrange dont elle fut programmée et concrétisée furent vraiment tristes.

J’ai fait ensuite la connaissance de ses proches en visite à Cuba. Je n’ai jamais commenté avec eux les facettes désagréables de sa politique contre notre pays ni fait la moindre allusion à ses tentatives de me priver de la vie. J’ai connu son fils déjà adulte, qui était un gamin quand son père était Président des Etats-Unis. Nous avons échangé en amis. Il mourut lui aussi dans un accident triste et tragique. Son propre frère Robert fut assassiné à son tour, ce qui ajouta encore au drame planant sur cette famille".

(lien version française et lien version originale)

On a là avec cette évocation de Dallas une occasion de citer deux textes (en français) du journaliste cubain Gabriel Molina, intitulés "Quelqu'un savait que Kennedy serait tué", du 17 mai 2012 et "Le coup d’Etat de Dallas" du 28 mai 2012. La question des rencontres famille Kennedy-Fidel Castro n’y est pas traitée, mais il (re) donne la position et l’analyse cubaines sur le crime de Dallas.
 
Liens dans l’hebdomadaire Granma International :
 

daté du 17 octobre 2013 : 50ème anniversaire de l'assassinat de John Kennedy - Le complot avorté de la C.I.A. et de l'Etat-major
daté du 11 octobre 2013 : 50ème anniversaire de l'assassinat de John Kennedy - Le complot du XXème siècle
daté du 28 mai 2012 : Ceux qui savaient ... Le coup d'Etat de Dallas
daté du 17 mai 2012 : Quelqu'un savait que Kennedy serait tué

L'ANALYSE DE FABIAN ESCALANTE

A Cuba, de nombreux livres ont été publiés sur l'assassinat de John F. Kennedy. Fabian Escalante est connu pour être le meilleur spécialiste de la tragédie de Dallas.

Vous trouverez sur ce lien un entretien très complet avec Fabian Escalante, à l'occasion du 40ème anniversaire de Dallas.

La question (Radio Progreso) est posée à Fabian Escalante :

"N'y a-t-il pas eu une volonté d'établir un dialogue entre le Gouvernement cubain et l'administration Kennedy ?".

Fabian Escalante : L'intermédiaire fut un parisien, un journaliste nommé Jean Daniel. C'est probablement cela [la volonté de dialogue] qui a définitivement rompu les liens entre Kennedy et la communauté contre-révolutionnaire Cubaine à Miami. Cela avait commencé avec l'échec de l'Opération Mongoose en 1962, une opération destinée à provoquer une guerre civile à Cuba (…). L'opération fut confiée par le Président Kennedy à son frère, Robert Kennedy, Ministre de la Justice de l'époque. L'opération fut mise en échec par Cuba peu de temps après la crise des missiles en octobre 1962 (…). Kennedy a compris aussi que la fameuse guerre civile qu'il tentait de provoquer à Cuba n'allait jamais se produire.

- Est-ce que les États-Unis ont alors abandonné leurs plans militaires contre Cuba ?

Fabian Escalante : Pas complètement, mais on a assisté à un changement de politique. Déjà au début de 1963, l'administration Kennedy était au courant de certaines tensions entre Cuba et l'Union Soviétique, suite à la négociation par les soviétiques, dans le dos des cubains, d'une solution à la crise des missiles - ce qui a eu pour effet de détériorer les relations entre Cuba et l'Union Soviétique.

Selon des documents rendus publiques par les États-Unis, au mois de mars-avril 1963, l'administration avait étudié des alternatives pour Cuba - l'attaquer ou la traiter comme n'importe quel pays communiste. Une des solutions envisagées était la négociation, mais à partir d'une position de force. Engager un dialogue mais tirer profit des désaccords entre les Cubains et les Soviétiques. Nous menacer de destruction, d'avoir recours à des unités spéciales de la C.I.A. pour saboter le réseau électrique et les principaux centres de production à Cuba.

Je ne suis pas en train d'extrapoler. Je suis en train de citer des documents officiels publiés par les États-Unis qui mentionnent des opérations contre Cuba et approuvées par le Président John F. Kennedy lui-même - 24 opérations en juin, 14 de plus en octobre et novembre - des opérations terroristes de grande envergure.

Lisa Howard

Lisa Howard et Fidel Castro (photo d'Elliott Erwitt)

Dans le même temps, l'ambassadeur des États-Unis aux Nations Unies tenta d'établir une sorte de communication avec l'ambassadeur cubain par l'intermédiaire d'une journaliste, Lisa Howard. En novembre 1963, Jean Daniel est allé à Washington et lors de son entretien avec Kennedy, il lui a dit qu'il allait aussi aller à Cuba pour interviewer Fidel. Apparemment, au cours de l'interview, Kennedy a demandé [à Jean Daniel] de revenir à Washington après l'interview de Fidel pour donner à [Kennedy] ses impressions.

Selon Fabian Escalante, c'est William Atwood, Conseiller spécial de la délégation des Etats-Unis à l'O.N.U., qui initia les contacts  pour explorer "les diverses possibilités pour établir des canaux de communication avec Castro". Atwood déclara à la Commission Church qu'entre septembre et novembre 1963, il eut à cet effet une série de conversations avec l'ambassadeur cubain à l'O.N.U. Atwood tenait régulièrement informés la Maison Blanche et Adlai Stevenson, son chef à l'O.N.U. Quelques personnes seulement étaient au courant de ces contacts : le Président, Robert Kennedy, Adlai Stevenson, Averell Harriman, McGeorge Bundy et la journaliste Lise Howard.

Dans son livre "1963 : El Complot / Objetivos : JFK et Fidel" (2004, Ocean Press, 248 pages), Fabian Escalante écrit (page 42) : Atwood déclara qu'il avait également arrangé les choses pour que le journaliste français Jean Daniel puisse être invité à la Maison Blanche avant son voyage prévu pour s'entretenir avec Fidel Castro. 

SUR LES PAS DE FIDEL CASTRO ET DE JEAN DANIEL

Dans son livre "Complot", l'auteur cubain Oscar Pino Santos (1928-2004), cité plus haut, raconte au début de son récit : alors que Jean Daniel s'entretenait avec Fidel Castro, l'officier de la C.I.A., Desmond Fitzgerald remettait à Rolando Cubela, un  stylo élaboré pour assassiner Fidel Castro.

Dans la chambre de Jean Daniel, où Fidel Castro était arrivé vers 22 heures, le dirigeant cubain  jeta un œil sur une de ses deux montres, lança : "Zut alors, c'est quatre heures du matin". Jean Daniel ne se laissa pas démonter, répliquant : "Mais j'ai encore bien d'autres sujets de discussion !".

Fidel resta un instant silencieux puis lui demanda :

- ¿Cuándo te marchas? (quand est-ce que  tu pars ?).

- C'était prévu aujourd'hui même, via Mexico pour aller à Washington. Mais le vol a été suspendu. Ça fait trois semaines que j'interviewe des gens en attendant votre rencontre,  qui est la plus importante".

- Te invito a que te quedes dos o tres días más (je t'invite à rester deux ou trois jours de plus).

- Accepté.

-  Aujourd'hui, demain, c'est à dire aujourd'hui, il est 4 heures du matin du 21 (novembre) j'ai beaucoup à  faire. Mais demain 22 on peut reprendre la conversation. A Varadero, par exemple, on déjeune, on parle et après tu m'accompagnes pour que je te montre quelques-unes des maisons qu'on est en train de construire dans les environs (Yo, mañana, es decir, hoy, puesto que son las cuatro de la madrugada del 21, tengo mucho que hacer. Pero ma­ñana día 22 podemos volver a hablar. En Varadero por ejemplo, allí almorzamos, hablamos y luego me acompañas para mostrarte algunas de las cosas que estamos haciendo por las cercanías).

- D'accord.

- Tu verias a Kennedy cuando regreses a los Estados Uni­dos. ¿No es así ? (Tu vas voir Kennedy à ton retour aux Etats-Unis, c'est ça non ?).

- Lui-même me l'a demandé. Il semblait très intéressé.

- Bueno, puedes convertirte en algo así como en un emi­sario de la paz ... Pasado mañana se te recogería aquí y con­tinuamos hablando en Varadero (Bon, tu peux te transformer en quelque chose comme un émissaire de la paix … Après, demain, on passera te chercher ici même et nous continuerons à parler à Varadero).

- Je vous remercie infiniment.

Le 22 novembre, comme prévu, lors du déjeuner à Varadero, le journaliste français  s'employait  à centrer la conversation sur tous les aspects qu'il n'avait pas eu le temps d'aborder sur les relations entre Cuba et les Etats-Unis. "Bizarre position la mienne”,  pensait-il. "De journaliste me voilà changé en une espèce d'envoyé officieux du gouvernement américain face à un des dirigeants les plus controversés dans la politique mondiale".

Il regarda autour de lui. Il y avait peu de convives à table : Fidel Castro, un aide de camp,  lui et deux ou trois personnes, la plupart du temps silencieux (…). Un homme en uniforme était assis près du téléphone (…). L'atmosphère de cet excellent déjeuner était informelle (informal) et agréable.

- Luego de comer y descansar un poco te llevo a que veas una Granja del Pueblo. Pasaremos por Matanzas, dit Fidel à Jean Daniel (Après avoir mangé et un peu de repos, je t'amène voir une Ferme du Peuple. Nous irons à Matanzas).

- Bien. Enchanté.

A ce moment-là, le téléphone sonne et un membre de l'escorte se présenta près de Fidel Castro.

- Le Président Dorticos vous demande. Il dit que c'est urgent.

Fidel, s'excusant, se leva et prit le téléphone.

- Sí... soy yo ... ¡¿Cómo?! ¿Y cuándo fue eso? Hace unos minutos ... Un momento ... ( Oui … c'est moi … Quoi ? Ça s'est passé quand ? Ca fait quelques minutes … Un moment …

Et s'adressant à Jean Daniel, il lui dit :

-  Es sobre Kennedy ... en Dallas ... Algo malo ha suce­dido ... Muy malo …¡pero muy malo ... ! (C'est sur Kennedy … à Dallas … Quelque chose de mal est arrivé … Très mauvais … mais vraiment mauvais !).

Michel Porcheron (novembre 2013)


Lors d’un séjour à Cuba, nous avons réuni quelques références d’ouvrages sur l’époque JFK vue par des auteurs cubains. L’époque jusqu’à Dallas, car ces travaux commencent toujours par l’échec américain de "La Baie des Cochons". Aucun de ces livres n’a été traduit en français.

Voici une bibliographie chronologique non exhaustive, mais qui tente de coller au plus près à la publication de livres disponibles à Cuba :

Bibliographie / sources cubaines

- Complot, de Oscar Pino Santos, 1992 (Editorial Nuestro Tiempo, Mexico, 486 pages, "notes bibliographiques")

- En el Ojo de la Tormenta, de Carlos Lechuga, 1995 (SI-MAR, Habana, Ocean Press, Australie, 316 p, 14 photos).

 - de Fabian Escalante Font : ses travaux sont centrés sur tous les types d’opérations organisées par les Etats Unies contre Cuba, à commencer par les tentatives d’assassinat de Fidel Castro

 - depuis 2002 : La Guerra Secreta (trois volumes publiés par Ediciones Ciencias sociales, Operación Mangosta, Acción Ejecutiva, 2003 et 1963 : El Complot, 2004, six pages de bibliographie)

- Cronología del crimen, 1959-2000, 2005 (Ed.Imagenes, 160 pages, dont 45 de "Testimonio grafico")

- Proyecto Cuba, 2008 (Ed.Ciencias sociales, 217 pages, Introduction de Carlos Lechuga)

- de Gabriel Molina Franchossi, Girón, Bahía de Cochinos, El error mayor de Kennedy, 2011 (Editora Política,  353 p.)

- Dallas, 24 horas de un complot, de Teresa Candia, 2011 (Ed. Capitán San Luis, 198 pages)

- Los Últimos 12 meses de J. Kennedy y la Revolución cubana, de Tomas Díaz Acosta, 2011 (Ed. Política, 221 pages dont 11 de bibliographie); du même auteur : "Octubre de 1962 : Una mirada cubana a la crisis de los misiles", 2008 (Ed. Política, 276 p. - Bibliographie, Index des noms propres - Ouvrage strictement consacré à la Crise d’Octobre)

[la lecture de ces ouvrages si elle révèle l’importante documentation de chacun des auteurs, dans des registres différents, est parfois rendue difficile par l’absence - à une exception près - d’index, d’annexes, qui auraient permis une meilleure compréhension des faits qui ont marqué cette époque, qui, comme on le sait, a impliqué un nombre incalculable de personnes, personnages et personnalités de tous les niveaux et dans tous les secteurs].


Biographie de l'auteur

Diplômé de Sciences Po à Bordeaux, Michel Porcheron a fait carrière à l'A.F.P. Il a quitté cette dernière, "une fois épuisés les charmes des postes" qu'il a occupés, mais gardant toujours "sa passion intacte pour le journalisme d'agence", selon ses dires.

Il a été journaliste à la rédaction en chef, au siège Place de la Bourse à Paris, durant huit ans. Il fut également cinq ans correspondant à Cuba, après avoir été journaliste au Service Politique et avant d'être Directeur régional à Marseille.

Durant ses deux dernières années à l'A.F.P. (Paris), il occupa un poste de journaliste attaché à l'actualité latino-américaine.

Quand on lui demande ce qu'il a préféré dans sa "carrière", il ne tient pas à choisir catégoriquement entre l'A.F.P. et ses débuts de pigiste à la République des Pyrénées, à Pau ou au quotidien régional Sud-Ouest, à Bordeaux.

Il est par ailleurs auteur de "Toute la Corrida, 1200 images", chez Calmann-Lévy, avec des photos de Lucien Clergue, du Guide du Routard sur Cuba (collectif) et, co-auteur, de "Tauromachies en Amérique Latine" aux éditions Atlantica.

Enfin, il a été à plusieurs reprises intervenant à La Havane, au "Colloque International Ernest Hemingway", tout en servant par ailleurs des sites alternatifs comme Rebelión, Tlaxcala …

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

Thierry Ondoa
  • 1. Thierry Ondoa | 15/04/2015

Fascinant J.F.K ... Cet homme est certainement l'animal politique le plus talentueux de tous les temps ... un orateur hors du commun mais surtout quelqu'un qui aimait beaucoup l'humanité ...

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 20/02/2016

×