Benavides Domingo


Benavides Domingo 


Domingo Benavides a été témoin de l'assassinat de l'officier de police Jefferson Davis Tippit le 22 novembre 1963, moins d'une heure après l'assassinat du Président Kennedy.

Il se trouvait dans son camion dans le quartier d'Oak Cliff, à 1.500 mètres de la maison de Lee Harvey Oswald et à quelques kilomètres de Dealey Plaza.

Le policier, étrangement seul, a été abattu de plusieurs balles. Benavides, après avoir attendu plusieurs minutes avant de descendre de son camion de peur que l'assassin ne revienne sur les lieux, a prévenu la police avec la radio de l'officier Tippit, aidé par un certain Temple Ford Bowley.

Le meurtre de Jefferson Davis Tippit a conduit à l'arrestation de Lee Harvey Oswald qui sera rapidement accusé de cet assassinat quelques heures avant de l'être pour celui du Président Kennedy.

Domingo Benavides n'a pas été invité par la police de Dallas afin de procéder à une identification. Par contre, il dit avoir été, à plusieurs reprises, menacé par la police qui lui conseillait de ne pas parler de ce qu'il avait vu.

Pressé par la Commission Warren et après avoir vu la photo de Lee Harvey Oswald, il se bornera à déclarer que l'assassin pouvait éventuellement ressembler à Oswald, mais sans en être sûr pour autant. En fait, il n'avait pas envie de devenir le témoin-principal à charge dans cette affaire.

Il aurait toutefois déclaré, dans une entrevue à C.B.S., qu'il avait effectivement bien reconnu Oswald comme étant l'assassin de l'officier Tippit. Ces déclarations faisaient suite au meurtre de son frère Edward, tué d'un coup de feu à la tête dans un bar de la Second Avenue à Dallas en février 1964.

Il est évident, pour beaucoup, que le tueur s'est trompé de cible. En tirant sur Edward, l'assassin croyait avoir abattu Domingo. Edward et Domingo étaient en effet très ressemblants.

Le beau-père de Domingo, J. W. Jackson, trouvait quant à lui que la police n'effectuait pas son travail correctement concernant la mort d'Edward et a fait sa propre enquête. Deux semaines après le décès d'Edward, il essuyait à son domicile des tirs heureusement sans conséquence.

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 23/08/2013