2008

CAROLINE KENNEDY AU SÉNAT ?

Caroline Kennedy, seul enfant encore en vie du Président américain assassiné John Fitzgerald Kennedy, pourrait remplacer Hillary Clinton au Sénat quand la Sénatrice de New York démissionnera pour devenir Secrétaire d'État en janvier, selon des médias américains.

Citant des sources du parti démocrate, la chaîne ABC News a indiqué que le Gouverneur démocrate de l'État de New York David Paterson avait contacté Caroline Kennedy à ce sujet et que l'avocate de 51 ans avait pris sa demande en considération. C'est à ce dernier que revient de nommer celui ou celle qui succèdera à l'ex First Lady quand elle quittera son siège du Sénat. Son successeur devra néanmoins participer à une élection spéciale en 2010, et s'il est élu, conservera son siège jusqu'aux élections législatives de 2012.

Le porte-parole de David Paterson a toutefois démenti ces rumeurs et, selon ABC News, indiqué que le Gouverneur "n'avait encore contacté aucun candidat potentiel" tout en admettant qu'il avait été approché par plusieurs prétendants. "Toutes les discussions relatives à ce choix sont privées et le Gouverneur ne fera aucun commentaire sur des spéculations avant qu'une décision soit prise".

Le quotidien Washington Post a de son côté assuré dans un blog que Caroline Kennedy était "vraiment intéressée par le Sénat", ajoutant cependant que le Gouverneur démocrate de l'État de New York était réputé imprévisible. Selon ce blog, la fille de JFK aurait réfléchi à la possibilité d'entrer au Sénat après la récente opération d'une tumeur au cerveau de son oncle, le Sénateur Ted Kennedy.

Opérant un retour sur la scène politique et médiatique, Caroline Kennedy avait œuvré pour la campagne du Président élu Barack Obama, après sa désignation comme candidat démocrate à la Maison Blanche.

D'autres noms circulent pour remplacer la candidate malheureuse à l'investiture démocrate. La chaîne Fox News croit savoir que son cousin, Robert Kennedy, serait également intéressé par le siège d'Hillary Clinton. Selon ABC, le Ministre de la Justice de l'État de New York, Andrew Cuomo, tiendrait la corde pour ce siège convoité.

Note personnelle

Andrew Cuomo est l'ex-époux de Kerry Kennedy. Cette dernière, fille de Robert et Ethel Kennedy, avait soutenu la candidature d'Hillary Clinton à l'élection présidentielle avec sa sœur Kathleen Kennedy Towsend et son frère Robert, cité plus haut comme candidat possible au siège laissé vacant par Hillary Clinton.

Source : Le Point (07.12.2008)

SORTIE D'UN NOUVEAU LIVRE

 


Pierre Nau, enquêteur indépendant, passionné d'histoire et en particulier celle des Etats-Unis, s'intéresse depuis plus de trente ans à l'assassinat du Président Kennedy. Son intérêt est tel qu'il a développé un site internet sur le sujet.

Auteur de "JFK - Retour sur l'assassinat" sorti le 22 novembre 2005, il vient de publier un second ouvrage de 361 pages, disponible depuis le 22 novembre dernier, intitulé "Lee Harvey Oswald - Pour une place dans l'histoire".

Ce livre est édité par les éditions "Le Manuscrit" et peut être commandé ici.

Voici la présentation de l'éditeur :

Les derniers mois de la courte vie de l'assassinat présumé de John Fitzgerald Kennedy. L'enchaînement des faits qui conduisirent Lee Harvey Oswald à prendre part à l'assassinat de l'homme le plus puissant de la planète, le 22 novembre 1963.

Dans cet essai historique, l'auteur nous montre à quel point son obsession d'avoir une place dans l'Histoire l'empêcha de prendre conscience du piège tendu par ses complices, pour le désigner comme unique responsable de l'assassinat.

Faits réels et hypothèses s'entremêlent pour tenter de retracer la chronologie et la logique de l'implication d'Oswald.

15.12.2008

DALLAS, 45 ANS DÉJÀ ...

Le 22 novembre 1963, le Président John Fitzgerald Kennedy, figure d'espoir et de changement dans l'histoire politique américaine, était assassiné à Dallas, trois ans tout juste après son élection à la Maison Blanche. Aujourd'hui, 45 ans jour pour jour après le choc de cet assassinat, l'Amérique préfère se souvenir du charisme et des idéaux de JFK plutôt que de sa fin tragique, alors qu'un jeune président, Barack Obama, premier Noir élu à la Maison Blanche, semble ressusciter ce souffle d'idéal et de changement.

"Tout le monde, de toute évidence, s'inquiète pour la vie d'un président, surtout lorsqu'il est aussi stimulant que Barack Obama", observe James Thurber, professeur d'histoire à l'American University. Monsieur Thurber rappelle que l'Amérique s'est montrée violente dans les années 1960 envers ses personnalités exceptionnelles, de JFK à son frère Bob, candidat à la présidentielle tué en 1968 juste après le champion des droits des Noirs, Martin Luther King. "Je me souviens de cette époque de Kennedy, cela ressemble vraiment à aujourd'hui, sauf que Monsieur Obama est peut-être encore plus stimulant dans sa façon de motiver les gens et d'attirer les voix républicaines", affirme l'historien.

Outre Kennedy, trois présidents américains ont été assassinés : Abraham Lincoln, qui a aboli l'esclavage, en 1865, James Garfield, en 1880, et William McKinley en 1900, sans compter les tentatives contre Andrew Jackson, Theodore et Franklin Roosevelt, Gerald Ford ou encore Ronald Reagan. En ce qui concerne Obama, né neuf mois après l'élection de Kennedy, "tout le monde y pense mais personne n'en parle", reconnaît Allan Lichtman, un autre professeur d'histoire à l'American University. "Cela tient du non-dit, vous ne trouvez rien dans la presse", ajoute Monsieur Thurber.

Les menaces sont pourtant là. Dès qu'il a fait surface comme candidat crédible, Monsieur Obama a bénéficié d'une protection sans précédent. "On lui a accordé le même niveau de protection qu'à un président", assure Scott Stuart, spécialiste du terrorisme et de la sécurité à l'institut d'étude Stratfor. Les services secrets "étaient tellement préoccupés qu'on lui a assuré un service de sécurité bien supérieur aux autres candidats", ajoute cet expert.

Deux menaces ont été déjouées, une dans le Colorado au moment de la convention démocrate, et une fin octobre dans le Tennessee (sud) où deux jeunes néonazis, soupçonnés d'avoir voulu massacrer des dizaines de Noirs, dont le candidat démocrate, ont été arrêtés. "Ce que craignent les services de sécurité, ce ne sont pas ces menaces ouvertes, où les protagonistes sont des amateurs, voire des clowns, mais les autres types beaucoup plus discrets et professionnels", affirme Monsieur Stuart.

Il rappelle que le groupe raciste Ku Klux Klan prône depuis quelques années "la résistance sans chef" (leaderless resistance), la stratégie "du loup solitaire", impossible à infiltrer, difficile à espionner. "Les groupes prônant la suprématie blanche sont de toute évidence très préoccupés" par l'élection de Monsieur Obama, ajoute-t-il. "Qu'il soit Noir renforce la crainte de menaces", renchérit Allan Lichtman. "Il y a encore beaucoup de groupes prônant la haine raciale". Et le charisme d'Obama accroît son statut de cible, selon les experts.

"Il est charismatique, c'est un personnage déjà historique et il y aurait une explosion de violence (s'il était tué)", assure l'expert en sécurité. "Cela fait de lui une cible". "Si quelqu'un voulait vraiment faire du mal aux Etats-Unis, un groupe terroriste ou un Etat qui ne nous aime pas, cela serait un bon moyen de vraiment blesser l'Amérique", estime Monsieur Stuart.

Source : AFP (22.11.2008)

TED KENNEDY DE RETOUR AU SÉNAT

Le Sénateur Ted Kennedy, opéré en juin d'une tumeur au cerveau, est revenu siéger lundi à la Chambre haute du parlement américain, pour la première fois depuis le mois de juillet.

Le Sénateur Kennedy, âgé de 76 ans, est venu participer à la session du Sénat sortant, dont le but est de discuter de l'opportunité de nouvelles mesures pour lutter contre la crise économique aux Etats-Unis.

"Je suis reconnaissant pour les prières et les voeux de rétablissement que j'ai reçu ces derniers mois", a-t-il indiqué dans un communiqué. "Il m'ont sans aucun doute remonté le moral, tout comme l'élection de Barack Obama comme 44ème Président", a-t-il poursuivi. Monsieur Kennedy a précisé qu'il allait travailler à la réforme du système de couverture santé, en vue de l'arrivée en janvier de l'administration Obama.

Le Sénateur du Massachusetts (nord-est), élu pour la première fois en 1962 a soutenu Monsieur Obama pendant les primaires démocrates et la campagne présidentielle. Il avait prononcé un discours émouvant lors de la Convention du parti démocrate à Denver en août.

Monsieur Kennedy a subi une opération en juin pour une tumeur au cerveau - plus précisément un gliome malin dans le lobe pariétal gauche, une zone du cerveau où se trouve, entre autres, le centre de la parole.

Après son opération, il était revenu siéger brièvement en juillet. Ted Kennedy, le dernier frère survivant du Président assassiné en 1963 John Kennedy, est souvent surnommé le "lion du Sénat" pour son intense activité législative.

Source : Agence Belga (17.11.2008)

TED KENNEDY HOSPITALISÉ

"Le Sénateur Kennedy a été victime d'une légère attaque à son domicile de Hyannis Port ce vendredi 26 septembre 2008 et a été transporté à l'hôpital de Cape Cod pour des examens", a indiqué son bureau dans un communiqué. "Les médecins ont attribué cet incident à un changement de médicaments", a ajouté le communiqué. Monsieur Kennedy "devrait rentrer chez lui dans la soirée pour suivre le débat télévisé", a indiqué son secrétariat.

Agé de 76 ans et souffrant d'un cancer au cerveau, le vieux "lion du Sénat" avait fait une apparition surprise à la convention démocrate réunie à Denver (Colorado, ouest) le 25 août. Le Sénateur du Massachusetts avait appelé à voter pour Barack Obama et promis qu'il serait au Sénat en janvier prochain pour la prestation de serment du "président Obama".

Champion de la gauche, respecté jusque dans les rangs républicains, Ted Kennedy a été victime d'un accident cérébral en mai. Ses médecins ont diagnostiqué ensuite une tumeur maligne du cerveau. Il a subi une opération pour traiter son cancer en juin et le Sénateur du Massachusetts se soumet actuellement à une chimiothérapie et une radiothérapie.

Frère cadet de John Kennedy et de l'ancien ministre de la Justice Robert Kennedy, assassinés respectivement en 1963 et 1968, Edward Kennedy est l'un des élus les plus productifs du Sénat. Il est notamment un des champions de causes chères aux démocrates, comme le système de santé, les droits des travailleurs et la réforme de l'immigration.

Source : France Info (27.09.2008)

CAROLINE KENNEDY ENGAGÉE PAR OBAMA

Caroline Kennedy, la fille du Président assassiné, fait partie d'un trio chargé d'aider Barack Obama à choisir son colistier pour la présidentielle américaine de novembre, a indiqué le porte-parole du candidat démocrate.

Confirmant une information de presse, le porte-parole Bill Burton a indiqué que "Monsieur Obama est heureux d'avoir trois personnalités talentueuses et dévouées pour mener ce processus rigoureux" visant à désigner un candidat à la vice-présidence. "Il va travailer en étroite collaboration avec eux, mais en fin de compte la décision lui reviendra à lui, et à lui seul", a jouté Monsieur Burton.

Caroline Kennedy, seul enfant encore en vie de l'ancien Président John Kennedy, s'est engagée en faveur de Monsieur Obama dès le mois de janvier, lui reconnaissant le potentiel d'être "un Président comme (son) père". Elle s'est dépensée sans compter pour sa campagne lors des primaires démocrates, l'accompagnant dans plusieurs meetings électoraux en dépit de sa timidité évidente.

Elle mènera la recherche d'un vice-présidenten compagnie d'un ancien responsable du ministère de la Justice durant la présidence de Bill Clinton, Eric Holder, et de James Johnson.

Source : Le Figaro (05.06.2008)

TED KENNEDY OPÉRÉ AVEC SUCCÈS

Le Sénateur démocrate américain Edward Kennedy, 76 ans, dernier frère survivant du Président assassiné, a été opéré ce lundi 2 juin 2008 avec succès d'une tumeur au cerveau, a annoncé son médecin, Allan Freidman.

"J'ai le plaisir d'annoncer que l'opération chirurgicale sur le Sénateur Kennedy a réussi et que les buts poursuivis ont été atteints", a précisé le Docteur Freidman, neurologue à l'Université Duke en Caroline de Nord (sud-est), où a eu lieu l'opération.

Cité dans un communiqué diffusé par l'entourage du Sénateur, le médecin a précisé que l'opération avait duré environ trois heures et demie, et qu'elle ne constituait que la première étape d'un traitement pour le cancer au cerveau diagnostiqué il y a deux semaines.

Estimant qu'il ne souffrirait pas de séquelles neurologiques permanentes après l'opération, il a indiqué que Monsieur Kennedy débuterait prochainement radiothérapie et chimiothérapie au Massachusetts General Hospital, à Boston (nord-est), et il lui a souhaité une bonne convalescence.

Edward Kennedy, dernier frère survivant du Président assassiné John Kennedy, souvent surnommé le "Lion du Sénat" pour son intense activité législative, est considéré comme le patriarche de la famille la plus célèbre des Etats-Unis.

"Quand le traitement sera terminé, j'ai hâte de retourner au Sénat américain et de faire tout ce que je peux pour aider Barack Obama à devenir notre prochain Président", avait dit Monsieur Kennedy lui-même dans un communiqué publié lundi, avant l'opération, par son service de presse.

Féroce détracteur du président George W. Bush, le patriarche du clan Kennedy avait été victime d'un accident cérébral le 17 mai alors qu'il passait le week-end dans la propriété familiale à Hyannisport, dans la péninsule du Cap Cod (Massachusetts). Il avait été transporté d'urgence par hélicoptère au Massachusetts General Hospital, où une tumeur maligne du cerveau avait ensuite été diagnostiquée à la suite d'une biopsie.

Il s'agit plus précisément d'un gliome malin dans le lobe pariétal gauche, une zone du cerveau où se trouve, entre autres, le centre de la parole. Ces gliomes malins apparaissent souvent à la suite de changements génétiques dans certaines cellules du cerveau qui soutiennent l'activité neurologique, mais leur origine demeure un mystère, selon les experts médicaux.

Les médecins n'ont pas émis de pronostic, mais selon l'Institut national américain du cancer, l'espérance de vie moyenne avec ce genre de cancer va de quelques mois à cinq ans, selon le stade d'évolution de la tumeur. Mais le taux de survie s'est quelque peu amélioré au cours de la dernière décennie, grâce à de nouveaux médicaments.

Cette annonce avait causé un choc parmi les membres du Congrès américain, dont Edward ("Ted") Kennedy est une des grandes figures depuis près d'un quart de siècle.

Frère cadet de John Kennedy et de l'ancien Ministre de la Justice Robert Kennedy, assassinés respectivement en 1963 et 1968, Edward Kennedy, regard bleu sous crinière blanche, est l'un des élus les plus productifs du Sénat. Il est notamment un des champions de causes chères aux démocrates, comme le système de santé, les droits des travailleurs et la réforme de l'immigration.

Bien qu'étant très critique envers le Président Bush, qui s'était dit "profondément attristé", et "inquiet" de son diagnostic, Ted Kennedy est aussi connu pour avoir souvent travaillé main dans la main avec des républicains.

Il avait été opéré en octobre pour l'obstruction d'une artère carotide et avait repris le travail quelques jours plus tard.

Source : Agence France Presse (02.06.2008)

LE PIÈGE AMÉRICAIN

Le piège américain 

Le 16 mai 2008 est sorti sur les grands écrans au Canada Le piège américain, un film réalisé par Charles Binamé avec l'acteur français Gérard Darmon dans les rôles principaux.

Aucune date n'est prévue pour la sortie du film en Europe.


Entre l'assassinat de John Fitzgerald Kennedy et celui de son frère Robert, un homme est mêlé à une série d'événements qui vont bouleverser l'histoire de l'Amérique et du monde. Cet homme s'appelle Lucien Rivard.  

Quinze ans après la fin de la seconde guerre mondiale, Américains, Russes et Français se livrent une guerre stratégique incessante pour s'approprier les ressources naturelles du tiers-monde. Leurs services secrets collaborent avec les organisations criminelles pour se donner une position de force sur l'échiquier mondial.  

Lucien Rivard profite ainsi de privilèges et d'alliances contre-nature avec les gouvernements.  Des casinos de La Havane aux clubs de nuit de Dallas, des laboratoires clandestins marseillais jusqu'à la jungle indonésienne, de La Nouvelle-Orléans à Montréal, le monde moderne se construit avec les méthodes et les moyens du crime. Des coups d'état se trament.  

Rivard devient l'instrument de forces occultes sur lesquelles il n'a pas le contrôle.  Il anticipe avec angoisse le déroulement malheureux de tragédies inévitables dont il sera malgré lui un acteur important.


Mais qui est Lucien Rivard ?

Rivard est né le 16 juin 1915 à Montréal et décédé le 3 février 2002 à Laval (Québec).

Passeur de drogues et impliqué dans des affaires de vol dans les années 40, il est d'abord considéré comme un escroc insignifiant.

Dans les années 50, avec l'appui de la famille Cotroni, célèbre famille mafieuse montréalaise, il dirige l'importation de l'héroïne au Canada.

En 1952, il est intermédiaire entre la mafia corse et la mafia américaine toujours pour le trafic d'héroïne. Les deux clans de la mafia le rémunèrent grassement.

Une enquête sur la criminalité poussera Rivard à s'installer à Cuba en 1956.

Il y exploitera des casinos ou boîtes de nuit en association avec des membres du clan corse et fera des affaires avec le dictateur Batista, le révolutionnaire Fidel Castro et la French Connection.

A la chute du régime cubain, en 1959, Rivard refuse de quitter l'île, croyant pouvoir continuer à faire des affaires. Il est envoyé en prison par Castro et selon certains, c'est Jack Ruby en personne qui l'aurait aidé à sortir en payant sa caution.

Il revient ensuite à Laval et continue ses activités (drogues, armes, etc, ...) sous le couvert de l'exploitation de la société "Domaine Idéal".

Le 10 octobre 1963, Michel Caron, un complice de Rivard, est intercepté à la frontière américano-mexicaine avec une trentaine de kilos d'héroïne, dissimulés sous le siège arrière de sa voiture. Il s'agissait là de la deuxième plus importante saisie de l'époque, d'une valeur de plusieurs dizaines de millions de dollars sur le marché noir.

Caron incriminera Rivard qui sera arrêté en 1964 pour introduction d'héroïne.

Il sera incarcéré à Bordeaux (Québec) d'où il s'échappera de la prison le 2 mars 1965 en compagnie d'un complice, André Durocher. La légende dit que Rivard a escaladé le mur à l'aide d'un boyau d'arrosage, obtenu sous prétexte d'arroser la patinoire de la prison alors qu'il fait 10 degrés à l'extérieur. Il aurait en fait corrompu ses gardiens et a probablement bénéficié de la complicité de membres du personnel pour obtenir des clés.

A la suite de l'évasion de Rivard, des soupçons de corruption ont pesé sur le Gouvernement canadien. Une enquête a été instituée et Guy Favreau, le Ministre canadien de la Justice de l'époque, a été contraint de démissionner.

Plus tard, la complicité d'un membre du personnel de la prison a été confirmée.

La cavale durera 136 jours alors que Robert Kennedy tente d'obtenir son extradition pour qu'il soit jugé au Texas. 

Après avoir été arrêté, Rivard est extradé vers les Etats-Unis en septembre 1965.  Il purgera 10 années d'une peine de 20 ans pour contrebande d'héroïne. Il reviendra ensuite au Canada pour sombrer dans l'oubli. 

Les policiers affirment toutefois que Rivard a continué à gérer son empire jusqu'à son décès, le 3 février 2002.

L'histoire veut que Rivard ait été impliqué dans l'assassinat du Président américain John Fitzgerald Kennedy mais rien ne le prouve.

29.05.2008

SORTIE DU LIVRE "MARILYN ET JFK"

Marilyn et JFK 


L'histoire semble connue.

Pourtant, elle n'a jamais été racontée. La star la plus désirée d'Hollywood et le Président le plus charismatique des Etats-Unis ont eu une liaison qui a duré dix ans avant de se transformer en love story sous haute surveillance.

Enregistrés par la Mafia, mis sur écoute par le K.G.B., filés par la C.I.A., les amants n'ont jamais été seuls. Voyeurisme d'Etat, chantage, manipulation, élections truquées, argent sale, tout y passe : Marilyn Monroe, au bord de la folie, et JFK, à la frontière du scandale, se sont croisés. Et, peut-être même, aimés. Mais, tandis que le Président écoute Marilyn chanter "Happy Birthday", la guerre de l'ombre fait rage. Il y aura des morts.

Particulièrement documenté, servi par une écriture superbe, le récit de François Forestier, journaliste au Nouvel Observateur, romancier et biographe, dévoile le portrait inédit et dérangeant d'une Amérique sordide, où les grands marionnettistes politiques, les gangsters et les milliardaires s'affrontent dans une lutte sans merci.

Ce livre est sorti en France le 15 mars 2008 chez Albin Michel.

28.05.2008

TED KENNEDY A QUITTÉ L'HÔPITAL

Ted Kennedy entouré des siens
Ted Kennedy, dans sa chambre d'hôpital à Boston, entouré de proches, son fils
Patrick, son beau-fils Curran Raclin, son fils Edward Jr, sa fille Kara et son épouse Vicki

Le Sénateur démocrate du Massachusetts Ted Kennedy, hospitalisé depuis samedi à Boston après un malaise dû à une tumeur maligne au cerveau, est sorti de l'hôpital ce mercredi 21 mai 2008.

Il a quitté l'établissement de Boston en compagnie de ses proches et sous l'oeil de plusieurs personnes venues témoigner de leur soutien au Sénateur, qui a été accueilli par des applaudissements à la sortie.

TedKennedy quittant l'hôpital
Ted Kennedy sortant de l'hôpital avec son épouse Vicki

Ted Kennedy avec sa nièce Caroline
Ted Kennedy avec sa nièce Caroline, la fille de JFK

Joe Kennedy et son épouse
Joseph Patrick Kennedy, le fils de Bobby Kennedy, avec son épouse Beth

Ted Kennedy quittant l'hôpital
Ted Kennedy quittant l'hôpital avec son épouse Vicki

Selon les médecins du Massachusetts General Hospital, le frère de l'ancien Président John F. Kennedy, âgé de 76 ans, "s'est rétabli de manière remarquablement rapide" de la biopsie pratiquée suite à son malaise de ce week-end à son domicile de Cape Cod.

Les examens pratiqués par les médecins depuis samedi ont mis en évidence la présence d'une tumeur maligne au cerveau, plus précisément un gliome malin sur le lobe gauche. Ted Kennedy attendra chez lui les résultats d'examens complémentaires qui permettront de définir la nature exacte du traitement contre ce type de tumeur cancéreuse cérébrale, le plus répandu chez les adultes. Les traitements habituels associent radiothérapie et chimiothérapie.

De retour dans sa propriété de Cap Cod mercredi, il a immédiatement été faire une promenade sur la plage. "C'est bon d'être à la maison", a-t-il déclaré aux journalistes présents sur les lieux.

Ted Kennedy se promenant
Ted Kennedy et son épouse Vicki en promenade

21.05.2008

TED KENNEDY HOSPITALISÉ

Le Sénateur démocrate Edward "Ted" Kennedy, 76 ans, frère du Président américain assassiné John Fitzgerald Kennedy, a été transporté d'urgence ce samedi 17 mai, à l'hôpital de Cape Cod (Massachusetts) depuis la propriété familiale de la famille Kennedy à Hyannis Port.

D'après la chaîne de télévision américaine C.N.N., qui citait une source démocrate du Massachusetts, Ted Kennedy présentait des symptômes d'un accident vasculaire cérébral.

Cette affirmation a été contredite par la suite. Le Sénateur se trouve dans un état "sérieux" mais ses jours ne sont pas en danger.

De nouveaux examens médicaux sont en cours afin de déterminer les causes de son malaise.

Devenu le patriarche du clan Kennedy, il est un fervent opposant à la politique du président George W. Bush.

Au côté de sa nièce Caroline Kennedy, la fille de John, et de son fils Patrick, Ted Kennedy a apporté son soutien fin janvier à Barack Obama face à Hillary Clinton dans la course à l'investiture démocrate pour la présidentielle américaine de novembre, et faisait depuis lors campagne pour lui à travers le pays.

Elu au Sénat pour la première fois en 1962, il affiche la deuxième plus grande longévité au poste de Sénateur aux États-Unis.

Ted Kennedy avait déjà subi une intervention chirurgicale à Boston en octobre dernier pour déboucher une artère carotide partiellement obstruée. Le problème avait été détecté lors d'une visite médicale de routine.

"J'ai été en contact avec la famille. Bien évidemment, ils sont dans nos pensées et nos prières", a réagi Barack Obama, en campagne dans l'Oregon. Le Sénateur de l'Illinois, qui s'est dit "optimiste", a qualifié Ted Kennedy de "géant de l'histoire politique de l'Amérique", qui "a plus fait pour apporter aux autres une assurance maladie que n'importe qui dans l'histoire" américaine.

Le candidat républicain à la présidentielle, John McCain, s'est dit "absolument désolé d'apprendre que le Sénateur Kennedy était malade" et a salué dans un communiqué "un parlementaire de légende" pour lequel il a "le plus grand respect".

"Lorsque nous avons travaillé ensemble, il a toujours été un partenaire compétent, honnête et généreux. Je considère comme un grand privilège le fait de pouvoir dire qu'il est mon ami", a poursuivi M. McCain, qui a envoyé ses "prières", tout comme Hillary Clinton. La prétendante démocrate à la Maison Blanche lui a adressé dans un communiqué ses "voeux de prompt rétablissement".

John Kerry, Sénateur démocrate du Massachusetts et candidat malheureux à la présidentielle face à George W. Bush en 2004, a rendu visite à Ted Kennedy à l'hôpital samedi et salué dans un communiqué "un Sénateur aimé et respecté", "un géant" et "une légende".

17.05.2008

NOUVEAUX DOCUMENTS SUR L'ASSASSINAT

Les autorités du Texas ont dévoilé ce lundi 18 février 2008 de nouveaux documents et objets liés à l'assassinat du Président John F. Kennedy qui avaient été entreposés dans le coffre-fort d'un palais de justice de Dallas depuis des décennies.

Un responsable de la justice locale, Craig Watkins, a expliqué lors d'une conférence de presse à Dallas que la douzaine de cartons retrouvés allaient sans doute relancer les différentes théories de complot au sujet de l'assassinat du président américain le 22 novembre 1963.

Mais le responsable a déjà mis en garde au sujet de l'authenticité de l'un des documents les plus intriguants. Il s'agit d'un relevé d'une conversation entre Lee Harvey Oswald et Jack Ruby, celui qui a tué Oswald avant qu'un procès puisse avoir lieu. Craig Watkins a dit ne pas savoir si la conversation entre les deux hommes avaient vraiment eu lieu. "Ce que nous savons c'est que cela va rouvrir le débat sur l'existence ou pas d'un complot pour assassiner le président", a-t-il commenté.

Selon le Dallas Morning News, qui cite une adjointe de Craig Watkins, Terri Moore, le relevé de la conversation ferait partie d'un projet de scénario de film sur lequel travaillait un procureur local. Parmi les objets découverts dans le coffre-fort figurent des vêtements de Lee Harvey Oswald, un étui en cuir ayant appartenu à Jack Ruby ainsi que des "coup de poing américain" qu'il transportait lorsqu'il a tué Oswald, ont indiqué des médias américains.


Craig Watkins et les cartons

18.02.2008

FILS ILLÉGITIME DE JFK ?

Le magazine américain Vanity Fair s'apprête à lancer une fameuse bombe médiatique, à la suite d'une enquête de plus d'un an.

Selon les rumeurs, un fils illégitime du 35ème Président des États-Unis, John Fitzgerald Kennedy, habiterait Vancouver (Canada), se nommerait Jack et aurait lui-même avoué être né d'une liaison entre sa mère et JFK.

L'histoire fait déjà les gorges chaudes des médias, surtout ceux du Canada anglais.

La mère du présumé fils illégitime, d'origine Texane, aurait été présentée à Kennedy par le vice-Président Lyndon Baines Johnson.

Celle-ci aurait d'ailleurs brutalement fermé la porte au nez de l'équipe du Vanity Fair, qui a débarqué chez elle durant son enquête.

Un photographe du magazine envoyé à Vancouver aurait pour sa part croqué le fils illégitime.

Pour couronner ce scénario digne d'Hollywood, une polémique serait en cours entre le magazine et le Sénateur Ted Kennedy, le frère de l'ancien président. Ted Kennedy, avance le New York Post, se serait interposé pour empêcher la publication de l'histoire.

Selon le New York Post, l'équipe de Vanity Fair aurait appelé le Sénateur Kennedy pour l'informer de la publication prochaine de l'histoire.

Le magazine serait apparemment en quête d'une preuve béton, comme un test d'ADN, avant de publier l'histoire.

Une des porte-parole du Vanity Fair a fait savoir au New York Post que l'histoire n'était pas morte et enterrée, sans fournir plus de détails.
Le magazine américain n'a pas répondu aux appels de La Presse hier. Une porte-parole du mensuel a toutefois laissé sous-entendre que l'histoire pourrait être publiée dans le numéro du moi de mars.

John Fitzgerald Kennedy a toujours été reconnu comme un coureur de jupons. Ses aventures extraconjugales ont fait le tour du monde, notamment celle avec Marilyn Monroe.

Dans sa biographie, Judith Campbell Exner, une autre maîtresse alléguée, avait affirmé s'être fait avorter après être tombée enceinte durant sa relation avec JFK.

La seule héritière encore en vie de cette branche du clan Kennedy, Caroline, vient tout juste de donner son appui au candidat démocrate à la Présidence Barack Obama.

La découverte de cet éventuel fils illégitime pourrait-elle avoir un quelconque impact ?

"Dans la campagne actuelle, ça peut ternir la belle image des Kennedy, dont se sert Obama", croit Louis Balthazar, Président de l'observatoire sur les États-Unis de Montréal, qui juge aussi tout à fait vraisemblable la rumeur d'enfant illégitime. "C'est une revue sérieuse (Vanity Fair) avec des sources sérieuses", précise-t-il.

Alors, info ou intox ? Seul l'avenir nous l'apprendra.

11.02.2008

SOUTIEN DES KENNEDY À OBAMA

 
Patrick Kennedy, Caroline Kennedy, Barack Obama et Ted Kennedy

Deux générations de Kennedy ont donné leur appui à Barack Obama, ce 28 janvier, le Sénateur Edward M. Kennedy allant jusqu'à le vanter comme "un homme d'une très forte personnalité extraordinairement doué pour le leadership", ce qui en fait un héritier de grande valeur pour son frère assassiné, l'ancien Président John Fitzgerald Kennedy.

"Je sens du changement dans l'air", a dit Ted Kennedy dans une critique à peine voilée d'Hillary Clinton et de son mari Bill, un autre ancien président populaire. "Je suis émerveillé par son cran et ses bonnes manières.".

L'appui de Ted Kennedy était très recherché des trois candidats encore dans la lutte à l'investiture démocrate. Le vétéran sénateur libéral est en effet bien placé pour aider à séduire le vote hispanique et syndical, deux facteurs cruciaux chez les démocrates.

On s'attend maintenant à ce qu'il fasse campagne activement en faveur de Barack Obama en prévision du super mardi.

Le Sénateur a livré ses commentaires à un rassemblement politique tenu dans une salle remplie à capacité de partisans enthousiastes à l'American University de Washington, et qui avait toutes les apparences d'un appui total du clan Kennedy à Barack Obama, lequel souriait en entendant les hommages.

Ted Kennedy a été présenté par Caroline, la fille du défunt Président, qui a dit que Barack Obama "offrait le même type d'espoir et d'inspiration que son père à l'époque". Le fils de Ted, Patrick, qui siège à la Chambre des représentants, était aussi sur place.

Pour se consoler, Hillary Clinton a tout de même réussi à glaner le soutien d'autres membres du clan Kennedy, à savoir trois enfants de Bobby, le frère du Président assassiné.

Kathleen Kennedy Townsend, ancienne Gouverneur adjoint du Maryland, a déclaré dans un communiqué diffusé par l'équipe de l'ex-First Lady "Je respecte la décision de Teddy et de Caroline, mais j'ai fait un choix différent. Mon frère Bobby, ma sœur Kerry et moi-même soutenons Hillary Clinton. Bien que j'admire énormément le Sénateur Obama, je connais Hillary Clinton depuis plus de 25 ans et j'ai vu de moi-même comment elle obtenait des résultats. En tant que femme, responsable et personne de conviction, je pense qu'Hillary Clinton serait le meilleur choix possible pour la présidence.".

Quant à Ethel, leur mère, elle a apporté son soutien à Barack Obama qui a encore reçu plus tard le soutien d'une nièce de John Fitzgerald Kennedy, à savoir Maria Shriver, l'épouse du Gouverneur républicain de Californie Arnold Schwarzenegger.

28.01.2008

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 01/03/2016